Catégories
Hashtag du moment

“Nous exigeons un enseignement en présentiel” – 2

#yuzyuzeegitimistiyoruz

La pandémie de COVID-19 a affecté minutieusement la vie sociale dans tous ses aspects. Si la vie quotidienne semble s’y adapter tant bien que mal dans un silence relatif, il n’en va pas de même pour les institutions de la modernité. Tel est le cas de l’école qui se trouve troublée depuis plus d’un an et demi. En Turquie, tous les établissements scolaires ferment leurs portes en mars 2020 [1]et différentes plateformes numériques prennent le relais pour les activités scolaires. Outre quelques tentatives échouées pour rouvrir les établissements l’an dernier, ils restent fermés jusqu’à la rentrée scolaire 2021-2022. Si les établissements scolaires de premier et de second degré retournent à l’enseignement présentiel, les universités adoptent une modalité hybride en dispensant certains cours en présentiel et les autres en distanciel. Cette expérience nécessite une réorganisation institutionnelle dont personne n’envisage encore l’ampleur. De prime abord, la question s’avère simple : faut-il garder l’éducation présentielle ou accepter la modalité distancielle ? Mais en pratique, on ne peut pas trancher et on se résigne à un modèle hybride en attendant de retourner à “la normale”. Finalement, au-delà d’une affaire technique – présentielle et distancielle – cette question évoque les problématiques fondamentales de la sociologie de l’éducation : la démocratisation de l’éducation et la reproduction des inégalités sociales par l’école. La modalité distancielle promet une potentialité démocratisatrice en facilitant l’accès à l’enseignement tandis qu’elle présente le risque de la production de nouvelles inégalités scolaires en exigeant la possession de certaines ressources technologiques comme l’ordinateur et la connexion Internet. En mettant en question la démocratisation de l’éducation et la production des inégalités au sein des institutions éducatives, ce hashtag du jour se concentre sur l’expérience de l’éducation distancielle en Turquie.

L’éducation distancielle à l’école ou la reproduction des inégalités sociales et scolaires

Après l’annonce du premier cas de covid-19 en Turquie, les écoles ont été fermées le 16 mars 2020. L’éducation distancielle a pris place la semaine d’après, le 24 mars 2020. L’année scolaire 2019-2020 s’est déroulée à distance. Le début de l’année scolaire d’après, 2020-2021, a commencé avec l’espoir de reprendre l’éducation en présentiel. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire à cause du nombre de cas positifs qui a augmenté en automne. Malgré les efforts et les essais pour établir un système hybride au mois de mars afin de faire venir les élèves à l’école, ce système n’a pas non plus marché efficacement. On a instauré un rythme scolaire souple, demandant aux élèves de venir à l’école deux jours par semaine. Le fait que le taux de vaccination soit alors très faible, et que chaque cas positif dans une classe nécessite une pause de 15 jours à l’éducation présentielle, a conduit à l’échec de ce modèle scolaire. Pendant toute cette période d’éducation distancielle, l’enseignement s’est déroulé sur un système en ligne qui s’appelle EBA (Réseau informatique en éducation).

C’est dans un tel contexte que la rentrée scolaire 2021-2022 s’est déroulée en présentiel après plus d’un an et demi de distanciel. Le but est alors de maintenir l’éducation présentielle en ayant conscience que la période de l’éducation distancielle a abouti à plusieurs problèmes académiques et sociaux pour les élèves. Néanmoins, avant de parler des conséquences négatives de la modalité distancielle auxquelles on fait face, il faut discuter de l’accessibilité et de l’inclusivité de l’éducation distancielle pour comprendre la relation entre la démocratisation de l’éducation et la reproduction des inégalités sociales.

Après cette expérience d’éducation distancielle, plusieurs recherches ont été menées et plusieurs rapports ont été publiés sur le sujet. Grâce à certaines statistiques, on sait que tous les élèves n’arrivent pas à trouver leur place dans le système distanciel. Voire, des milliers d’entre eux en ont été exclus à cause du manque de ressources. Pour l’année scolaire 2019-2020, nous voyons que le taux de scolarisation est de 93,62% à l’école primaire, de 95,9% au collège et de 85,01% au lycée[2]. Mais, avec la pandémie, nous observons un accroissement des inégalités d’accès à l’éducation. Car le taux d’élèves qui n’ont pas accès à internet chez eux est de 24,1% et ceux qui n’ont pas d’ordinateur pour l’usage éducatif est de 33,3%[3]. Quant à l’usage du réseau informatique EBA où les cours enregistrés sont téléchargés, nous voyons que 60% des élèves ne l’ont jamais visité[4]. Nous voyons que ceux qui n’ont pas les ressources et les moyens nécessaires pour participer à l’éducation en ligne sont restés en dehors de ce système pendant longtemps. Cela met en question l’accessibilité et l’inclusivité de l’éducation distancielle en ligne et empêche les efforts pour rendre l’éducation de plus en plus démocratique.

Au niveau académique, les enfants des travailleurs agricoles, des migrants saisonniers, les enfants réfugiés, les enfants de milieux défavorisés, les enfants roms, les filles, les enfants ayant des besoins spéciaux sont quelques-uns des groupes vulnérables les plus touchés par la pandémie dans le contexte de la Turquie d’après Eğitim Reformu Girişimi (L’initiative de Réforme de l’Éducation)[5]. Le risque de ne pas pouvoir poursuivre les études devient donc un risque grave pour ces groupes vulnérables. Pour un enfant de milieu aisé, la logique inhérente de l’école et des activités scolaires semble potentiellement connue. Mais pour un enfant de milieu défavorisé, cette logique est probablement étrangère en raison du rapport du milieu familial à la culture écrite. Admettant que l’école fonctionne sur la culture écrite et les valeurs sociales qui sont proches de la culture des classes aisées, c’est à l’école que l’élève de milieu populaire peut obtenir la chance, grâce à l’enseignant, de s’approprier cette culture. Mais lorsque l’enfant reste à la maison, il reste en quelque sorte désarmé et sans soutien. Et pour les milieux exclus (grande pauvreté, immigration), l’enfant s’avère être une main-d’œuvre potentielle. Même si l’enfant continue théoriquement son enseignement, le fait d’être à l’écart de l’école risque de produire un décrochage cognitif[6]. Enfin, le grand problème pour l’éducation à distance est la possession ou non des outils technologiques nécessaires (télévision, ordinateur, connexion internet) et des espaces appropriés (chambre personnelle). En réalité, l’élève réel moyen est loin de l’élève idéal que suppose l’organisation de l’éducation à distance.

Au niveau social, il est plus difficile de mesurer avec des chiffres les effets de l’éducation distancielle sur les enfants. Car l’école n’est pas seulement le lieu de l’enseignement académique, mais un espace social où on rencontre d’autres personnes, c’est donc l’endroit où les enfants se socialisent de diverses manières. Avec l’éducation distancielle, la fonction socialisatrice de l’école risque d’être suspendue. Surtout pour les enfants de plus jeune âge, créer des sociabilités devient de plus en plus difficile. En parlant des sociabilités enfantines, il faut aussi se rappeler de l’importance des jeux à l’âge de l’enfance[7], ainsi que l’importance de l’école en tant que lieu de rencontre d’enfants qui jouent à des jeux. Contrairement aux petits enfants, les adolescents se sociabilisent davantage en ligne à travers l’usage d’outils technologiques s’ils ont les moyens. Quant aux adolescents issus des milieux populaires, ils restent toujours en dehors des plateformes en ligne. L’éducation en ligne retire les enfants de leurs principaux lieux de rencontres, en plus de cela les mesures prises durant la période de pandémie enferment les enfants chez eux avec l’instauration du couvre-feu. L’un renforcé par l’autre, les enfants sont restés en dehors des milieux de sociabilités.

Étant donné la situation inquiétante, vers la fin de l’été 2021, avant que les écoles s’ouvrent, les parents ont lancé une plateforme sur les réseaux sociaux qui s’appelle “Yüz yüze eğitim istiyoruz”, ce qui veut dire “nous exigeons l’éducation présentielle”[8]. Le but de cette plateforme est de créer une opinion publique favorable à la modalité présentielle et de faire entendre leur voix sur la nécessité de reprendre l’éducation en présentiel à la rentrée scolaire suivante.

À l’université: une nouvelle forme de démocratisation scolaire… mais à quel prix?

À l’instar du niveau primaire, l’enseignement universitaire à distance présente certains inconvénients. Même si c’est le côté formation qui est mis au premier plan, la vie universitaire continue à être un espace de socialisation et d’interactions pour les étudiants. L’enseignement sur une plateforme virtuelle risque à cet égard de nuire à la spontanéité des relations interpersonnelles. De même, l’accès à ce monde virtuel ne se fait pas sans un minimum de ressources. Il faut déjà posséder un appareil technologique (ordinateur, tablette ou smartphone) doté d’une connexion internet stable. Et ce n’est malheureusement pas le cas pour tous les étudiants. 

Mais tout en reconnaissant les inconvénients et les risques éventuels, il est possible d’envisager ou d’espérer certains bénéfices potentiels de la modalité distancielle au niveau de l’enseignement supérieur. Le premier apport de cette modalité renverrait au fameux débat de démocratisation scolaire.[9] Un enseignement émancipé des contraintes spatiales faciliterait l’accès d’une population plus large au milieu universitaire. Évidemment, ceci suppose toujours la possession d’une certaine technologie et des outils technologiques pour accéder à cet espace. Mais au-delà des inégalités face aux technologies numériques, cette modalité permettrait un accès plus généralisé qui en contrebalancerait les inégalités régionales. Car, en Turquie, 44 % des universités se trouvent dans les trois plus grandes villes (İstanbul, Ankara, İzmir)[10] et pour la majorité des étudiants, l’accès à l’université nécessite inévitablement de changer de ville et de trouver un logement. Or cette étape du parcours universitaire suppose la possession d’un capital économique élevé car la capacité des logements étudiants publics ne correspond qu’à 19 % des effectifs d’étudiants[11]. C’est dans un tel contexte qu’aujourd’hui, nous observons un mouvement tout récent, celui des Barınamayanlar[12] qui contestent la capacité insuffisante des logements étudiants et l’augmentation des loyers dans les grandes villes. Sur ce point, la modalité distancielle peut être utile pour une solution immédiate en attendant de véritables politiques scolaires qui auraient l’ambition de lutter contre les inégalités scolaires.

Au-delà de la question du logement, la modalité distancielle peut apporter une démocratisation de l’enseignement aux niveaux à la fois national et international. Cette démocratisation renfermerait d’autre part une universalisation du savoir. Car à la différence de l’enseignement primaire et secondaire qui est standardisé par un programme scolaire central, l’enseignement supérieur repose sur une diversité concernant les structures de cours et les styles pédagogiques. La modalité présentielle ne permet toutefois guère aux étudiants d’accéder à cette diversité scolaire. La mobilité des étudiants et des chercheurs reste limitée en raison des coûts financiers et organisationnels. Les échanges scientifiques à l’échelle internationale restent à ce stade largement confiés au monde de la publication (à l’écrit ou à l’oral) qui découlent des collaborations occasionnelles. Et lorsque ces rencontres deviennent possibles à l’occasion des événements scientifiques de différents types, elles présentent des effets négatifs pour l’environnement[13] et contreviennent à l’image d’une science plus verte qui est de plus en plus sollicitée[14]. Mais à la différence des déplacements physiques qui supposent des rencontres occasionnelles et présentent une empreinte carbone considérable, l’adoption de la modalité distancielle pour l’organisation des événements scientifiques s’offre comme une bonne alternative.

Même si la modalité distancielle promet certains avantages, un enseignement 100 % à distance n’est pas possible pour plusieurs raisons. Cette modalité est avant tout inadéquate pour certains types de formations et d’activités scientifiques. Ainsi, au lieu de choisir entre la modalité présentielle ou la modalité distancielle, une autre possibilité s’impose de nos jours :  la modalité hybride. Mais si on reste simplement au niveau de l’enseignement, la dualité présentielle et distancielle conduit inévitablement à penser en des termes pragmatiques et risque d’enfermer les sciences sociales dans la modalité distancielle d’autant plus qu’il serait plus facile pour celles-ci de s’y adapter comme elles reposeraient sur un enseignement purement théorique. Aujourd’hui, cette tendance n’est pas tout à fait manifeste mais peut être ressentie à partir des expériences singulières des enseignants travaillant dans différentes universités. Cependant, le risque est non négligeable si nous prenons en compte la dévalorisation des sciences sociales dans le monde actuel. Une répartition inégale des modalités présentielles et distancielles entre les sciences sociales et les sciences naturelles risque de rendre les premières de plus en plus invisibles et ainsi dévalorisées.

De l’idéal au réel: une éducation toujours inégalitaire

Certes, l’idéal ne traduit pas forcément le réel. Si les modalités distancielle ou présentielle possèdent une potentialité démocratisatrice pour différents niveaux scolaires, elles ne sont pas le vecteur unique d’une éducation plus juste. En pratique, leur potentialité ne devient réalité que pour une minorité favorisée, confrontant les autres à différentes formes d’inégalités. Au-delà d’une question technique  – présentiel ou distanciel?- le problème réside alors dans l’organisation actuelle du domaine scolaire qui s’appuie en grande partie sur les ressources économiques et culturelles des parents d’élèves. En 2019, 64,4 % des dépenses faites par les ménages en matière d’éducation sont effectuées par le cinquième quintile de revenu qui touche 46,3 % du revenu national[15]. C’est dans un tel contexte que l’éducation ne cesse de contribuer à la reproduction des inégalités sociales. C’est sur ce point que l’éducation présentielle a le bénéfice de rendre plus visibles ces inégalités du seul fait qu’elle met en présence des élèves de différents milieux socioculturels. Tout au contraire, ces inégalités risquent de passer inaperçues dans une sphère virtuelle. De même, la modalité présentielle semble incontournable en ce qui concerne la construction du sentiment d’un nous collectif qui constitue l’une des pierres angulaires de la cohésion sociale.

Metin Cevizci et Ayşe Yılmaz


[1] Cf Solène Poyraz, « Nous exigeons un enseignement en présentiel », AYAK, https://ayak.hypotheses.org/64

[2] Milli Eğitim Bakanlığı, Milli Eğitim İstatistikleri 2019-2020, Ankara, 2020.

[3] TEDMEM. (2020). COVID-19 sürecinde eğitim: Uzaktan öğrenme, sorunlar ve çözüm önerileri (TEDMEM Analiz Dizisi 7). Ankara: Türk Eğitim Derneği Yayınları, p.92

[4] ibid., p.92

[5] Özgenur Korlu et Umay Aktaş Salman, “Okula Nasıl Dönüyoruz?”, Eğitim Reformu Girişimi, URL: https://www.egitimreformugirisimi.org/okula-nasil-donuyoruz/, mis en ligne le 27 Août 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[6] Bonnéry, S. Décrochage cognitif et décrochage scolaire, in Glasman D. & œuvrard F. (dir). La déscolarisation. Paris : La Dispute, 2004. p. 135-147.

[7] Yaprak Sarışık, “Oyunu Ciddiye Almak”, Eğitim Reformu Girişimi, URL: https://www.egitimreformugirisimi.org/oyunu-ciddiye-almak/, mis en ligne le 22 Juin 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[8] Seda Nur Başpınar, “Veliler Yüz Yüze Eğitim İstiyor”, Hürriyet, URL: https://www.hurriyet.com.tr/egitim/veliler-yuz-yuze-egitim-istiyor-41869705, mis en ligne le 10 Août 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[9] Antoine Prost, L’enseignement s’ est-il démocratisé? Les élèves des lycées et collèges de l’agglomération d’Orléans de 1945 à 1990, Paris, PUF, 1992 ; Pierre Merle, “Le concept de démocratisation de l’institution scolaire: Une typologie et sa mise à l’épreuve”, Population, 2000, vol. 1, no 55, pp. 15-50.

[10] https://dogruveri.com/turkiyede-illere-gore-universite-sayilari/, mis en ligne le 9 Juin 2020, consulté le 27 Septembre 2021.

[11] Diken, “CHP tespiti: Öğrenci sayısı 3 milyon 800 bin, KYK yurt kapasitesi 700 bin”, mis en ligne le 21 Septembre 2021, consulté le 26 Septembre 2021, URL: https://www.diken.com.tr/chp-tespiti-ogrenci-sayisi-3-milyon-800-bin-kyk-yurt-kapasitesi-700-bin/

[12] Le terme signifie littéralement “ceux/celles qui ne peuvent se loger”. Pour la page Twitter du mouvement, voir : https://twitter.com/barinamayanlar

[13] Andreas Laupacis, “Scientific meetings damage the environment, and we should drastically curtail them”, Healthy Debate, mis en ligne le 21 Août 2019, consulté le 26 Septembre 2021, URL: https://healthydebate.ca/2019/08/topic/climate-change-scientific-meetings/

[14] Alexandra G. Ponette-González and Jarrett E. Byrnes, “Sustainable Science? Reducing the Carbon Impact of Scientific Mega-Meetings”, Ethnobiology Letters 2 (October), 2019, 65-71.

[15] TURKSTAT, Household Consumption Expenditures, Ankara, Turkish Statistical Institute.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (7 octobre 2021). “Nous exigeons un enseignement en présentiel” – 2. AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4wf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search