Catégories
Hashtag du moment

“Pain sec”

#Kuruekmek

« Kuru ekmek yiyen aç değildir », celui qui mange du pain sec n’a pas vraiment faim, a répondu le député AKP Şahin Tin lorsque le responsable du groupe parlementaire CHP Engin Altay expliquait que « les gens avaient faim » et qu’ils n’avaient que du pain sec à se mettre sous la dent, lors d’une session parlementaire en décembre 2020.

Ces échanges ont eu lieu lors des négociations pour le vote du budget 2021, un moment propice pour regagner en légitimité pour les partis qui se veulent représentants du « peuple » (halk). Alors que le parti au pouvoir, l’AKP, se revendiquait comme représentant du peuple d’Anatolie, on note un retour de la gauche, notamment travailliste, avec un discours axé sur cette partie de la population qui suffoque économiquement. L’altercation a permis de pointer les processus d’appauvrissement et de précarisation en Turquie, exacerbés par la crise économique et la période de pandémie mondiale. L’occasion pour les syndicats de rappeler que le pays compte environ 16 millions de pauvres et que 18 millions de personnes vivent avec le risque de tomber dans la pauvreté.

Peu après cette polémique, des journalistes ont rendu public le fait que le député en question faisait facturer ses repas à la mairie. Une facture de consommation de kebab a ainsi été diffusée dans les réseaux sociaux. Mais la divulgation de cette information a fait l’objet d’une amende et le document a finalement été retiré des réseaux par les autorités. Ces événements sont pour nous l’occasion de revenir sur l’état d’étouffement économique de la société en Turquie, et l’augmentation du contingent des personnes « qui ne peuvent plus subsister » (geçinemeyenler), notamment à Istanbul. 

  • Des « gaffes » qui exaspèrent…

« Les amis, ne sursautez pas quand on vous dit que les gens ont faim, c’est le cas, ils ont faim, ils vivent dans la misère. Certes, chacun trouve quelque chose à se mettre sous la dent. Du pain sec ! » s’est exclamé le député CHP Engin Altay, ce à quoi le député AKP a répondu : « donc ils n’ont pas vraiment faim ».

Cet épisode intervient après une autre déclaration quelque peu déplacée de la ministre de la famille, du travail et des services sociaux, Zehra Zümrüt Selçuk, qui a expliqué sur un plateau télévision que l’ère de la pauvreté était révolue en Turquie. « La pauvreté, notamment la grande pauvreté, telle qu’elle est décrite dans les documents internationaux, n’est plus un problème en Turquie. Plus encore, nous sommes en train de partager la prospérité et nous sommes attachés à une aide sociale qui cible nos citoyens en situation d’urgence dans cette période[1] », a-t-elle déclaré.

Tout autant de « gaffes », c’est d’ailleurs le terme utilisé en turc (gaf) – presque dans un sens de lapsus révélateur – qui excèdent une population déjà lassée des difficultés de son quotidien et qui se heurtent à ces effets d’annonce politiques.

Une autre gaffe en rapport aux évolutions du cours du dollar avait choqué l’opinion publique cet été. Un cours du dollar qui pèse sur le pouvoir d’achat des individus et des familles depuis quelques années maintenant. Cette fois, c’est le ministre du Trésor et des Finances – et gendre du président – Berat Albayrak, qui était interrogé lors d’une émission de télévision. A une question sur l’état de l’économie turque, il avait rétorqué : « vous recevez votre salaire en dollars, vous ? Vous avez des dettes en dollars ? Vous avez quoi que ce soit en lien avec le dollar ? »[2]. Une réaction absurde de la part du ministre qui semble ignorer les effets concrets que les variations du taux de change peuvent avoir sur le quotidien des individus. Cela lui avait valu une pluie de critiques lui reprochant d’être totalement déconnecté (kopuk) de la réalité. Finalement, il a démissionné pour des raisons de santé quelques mois plus tard, en novembre 2020.

Plus précisément, cela nous amène à nous interroger sur le langage politique utilisé et les problèmes de communication de certaines personnalités politiques. L’article du journal d’opposition et pro-kémaliste Sözcü, qui profite de cet épisode malheureux pour rappeler d’autres gaffes d’hommes politiques, rappelle à cette occasion le discours du ministre du travail et de la sécurité sociale Ömer Dinçer en 2010. A Zonguldak, après une explosion qui avait causé la mort de 30 mineurs, il avait dit qu’ils n’avaient pas souffert, qu’ils avaient eu une « belle mort » (güzel öldüler)[3].

Mépris de classe ? Mauvaise préparation à la communication politique ?[4] Dans tous les cas, ces répliques agacent et blessent une société qui est à bout économiquement parlant.

  • …une société au “bord de la faim” (“Açlık sınırı”)

L’occasion pour nous de rappeler quelques chiffres. En Turquie, le taux de chômage est de 12,7% (septembre 2020). Entre septembre 2019 et septembre 2020, le taux de chômage a baissé de 1,1 point et l’Institution des Statistiques de Turquie comptait 4, 16 millions de chômeurs en septembre 2020[5]. Une baisse des statistiques qui ne reflète pas la situation des foyers précarisés ou qui ont basculé dans la pauvreté, étouffés par les crédits, l’inflation de tous les biens de première nécessité (eau, électricité, gaz) et vivant d’activités effectuées au jour le jour, sans possibilité de faire de projets pour le lendemain.

Les citadins sont les premières victimes de la situation économique, parfois même obligés de quitter la ville pour aller (ou retourner) s’installer en campagne. C’est notamment le cas pour la ville d’Istanbul qui fait état d’une « vulnérabilité multi-dimensionnelle »[6]. On observe d’ailleurs un exode urbain relatif depuis 2018 du fait d’une dégradation importante de la qualité de vie (pollution, grignotement des espaces verts, exploitation irrationnelle des ressources) et une insécurité alimentaire croissante. C’est d’ailleurs le sujet d’un épisode de « Geçinemeyenler » (ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts), une série de reportages réalisée par BBC News Türkçe qui met en avant différents profils de personnes et familles qui n’arrivent plus à finir le mois. « J’ai été obligé de renvoyer ma famille au village », explique l’enquêté de l’épisode 5[7].  

Quand ce n’est pas l’exode inversé, c’est la tentation du suicide. On a ainsi observé une vague de suicides que l’on pourrait qualifier d’ « économiques » depuis deux ans en Turquie, des pères de famille qui n’arrivent plus à assumer la charge d’un crédit ou à « acheter un pantalon » à leurs enfants. Avant la pandémie, les chiffres avaient déjà augmenté de 245 en 2018 à 321 en 2019[8]. En février 2020, un homme s’était rendu devant la préfecture de Hatay (ville du sud-est de la Turquie). Il s’est immolé après avoir crié « mes enfants ont faim, je veux un travail, vous ne comprenez pas ?! ».

Il faut dire que le système instauré de crédits sans fin n’aide pas. La presse qualifiée de gauche (Evrensel, Birgün,…) pointe du doigt les longues files d’attente devant les bâtiments de service d’impôts ces derniers mois[9]. Cette année, le nombre de personnes endetté envers leur banque a augmenté de plus de 2 millions, faisant un total de 33,6 millions de personnes en situation d’endettement.  En octobre, on comptait 3 millions de personnes qui ont eu affaire à l’huissier pour cause de non-remboursement dans les 5 dernières années (cartes de crédit et crédits à la consommation).

Le rapport réalisé par la confédération des syndicats des travailleurs de Turquie, Türk-İş, publié en décembre 2020, démontre que le seuil de la faim est fixé à 2 592 TL et le seuil de pauvreté à 8 436[10]. Ainsi, pour une famille de 4 personnes, il a été calculé que 8 436 TL étaient nécessaires pour pouvoir subvenir aux besoins autres qu’alimentaires. Le rapport fait état d’une augmentation des prix de 16% sur l’année en moyenne. Cela alors que le salaire minimum pour 2021 a été fixé à 2 825, 90 TL.  

Des discours donc qui peuvent irriter une grande partie de la population qui a vu son niveau de vie se dégrader, ou qui a même plongé dans la précarité voire la pauvreté. Une situation qui expliquerait l’engouement que le discours du député TIP (Parti des Travailleurs de Turquie) de Hatay, Barış Atay, en décembre 2020, a pu provoquer sur les réseaux sociaux.

Nous avons traduit une partie de son discours ici[11] :

« En cette période de discussions sur le budget, on voit bien qu’il ne s’agit pas du budget du peuple qui doit se contenter de 39 Tl[12] par jour mais qu’on parle bien ici du budget du capital. Ce budget, durant la période de la pandémie, ce n’est pas celui du personnel de santé qui a perdu des proches et des collègues tous les jours en ne mangeant qu’un bout de pain avec du fromage, c’est le budget du ministre de la Santé, le patron de l’hôpital, qui nous a menti avec ses tableaux. Ce budget ce n’est pas celui des gens qui ont dû attendre dans une file de 2 km pour avoir du pain et de la soupe alors qu’on est en 2020, c’est celui des ministres qui disent que si les gens ont du pain sec c’est qu’ils n’ont pas vraiment faim. Ce budget n’est pas celui des jeunes pauvres qui en cherchant des possibilités d’étudier tombent dans les mains des sectes et des confréries, où ils sont victimes d’agression et meurent dans des incendies, c’est le budget des sectes, des confréries et du ministre de l’Éducation qui possède des écoles privées. Ce budget n’est pas celui des étudiants de l’université, c’est celui des académiciens qui accusent les universités d’être des lieux de prostitution. (…) Ce budget n’est pas celui d’un enfant de 9 ans obligé de vendre sur un petit stand et qui se fait tabasser par les policiers, c’est celui d’un maire qui a décidé de faire un parc de dinosaures à 750 millions de dollars pour se rappeler son enfance. (…) Ce budget n’est pas celui du père de famille qui a tenté de se suicider en se jetant du pont parce qu’il était obligé de vivre dans sa voiture et qui a reçu une amende pendant le confinement, c’est le budget des patrons de holding qui ont pu faire du sport dans leur maison au bord du Bosphore (…)».

Et de finir, « Je ne fais pas appel à votre conscience, je sais que vous n’en avez pas ».

Solène Poyraz

Retrouvez l’article sous forme de podcast, ici: avec Timour Öztürk


[1] Haber Merkezi, « ‘Türkiye’de yoksulluk yok’ açıklamasına yanıt : Mutlaka kaybedeceksiniz ! », Sol, 12 décembre 2020. https://sol.org.tr/haber/turkiyede-yoksulluk-yok-aciklamasina-yanit-mutlaka-kaybedeceksiniz-21400

[2]  “Dolarla mı maaş alıyorsunuz? Dolar borcunuz mu var? Dolarla bir işiniz var mı?”, dans « Kuru ekmek tartışmasının hatırlattığı 6 olay », Sözcü, 18 décembre 2020.

[3] Ibid.

[4] Les discours des hommes politiques, leurs gaffes verbales, et plus généralement l’emploi d’un mauvais turc font d’ailleurs l’objet d’un livre qui a déchaîné les critiques et qui a été édité une cinquantaine de fois depuis 1997 : Türkçe « off », de Feyza Hepçilingirler.

[5] https://www.aa.com.tr/tr/info/infografik/21235

[6] Jean-François Pérouse, Agathe Fautras, Filiz Hervet, « Le nouvel Istanbul : dimensions, dynamiques et vulnérabilités », Historiens & Géographes, N°450 Dossier Turquie, Mai 2020.

[7] https://www.youtube.com/watch?v=jU36LdLNoIQ

[8] Gamze Bal, Kübra Köklü, « Geçim sikintisi, 2012’den beri her yil 3 bini askin yurttasi intihara sürüklüyor » (« Depuis 2012, les problèmes de subsistance mènent chaque année 3000 citoyens au suicide »), Cumhuriyet, 23 octobre 2020. https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/gecim-sikintisi-2012den-beri-her-yil-3-bini-askin-yurttasi-intihara-surukluyor-1775409

[9] Meltem Akyol, « Borç kuyruklarindaki yurttaslar : Haciz gelsin, zaten alabileceği bir şeyim yok » (« Les citoyens dans les queues des dettes : que le huissier vienne, de toute façon il n’y a plus rien à prendre »), Evrensel, 12 décembre 2020. https://www.evrensel.net/haber/420933/borc-kuyruklarindaki-yurttaslar-haciz-gelsin-zaten-alabilecegi-bir-seyim-yok

[10] http://www.turkis.org.tr/default.asp

[11] https://www.youtube.com/watch?v=HFoO5y5chsw

[12] En avril 2020, il a été annoncé que les licenciements étaient interdits mais que les employeurs pouvaient imposer à leurs employés un congé sans solde de longue durée. Durant ce congé, il a été décidé qu’il leur serait versé 39 TL par jour, pour un total de 1177 par mois. Une annonce qui a choqué et provoqué de vives réactions. https://t24.com.tr/yazarlar/mehmet-tezkan/39-lira-bu-iktidari-bitirecek,26237


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (20 janvier 2021). “Pain sec” AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4w3


Une réponse sur « “Pain sec” »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search