Catégories
Hashtag du moment

“Il est temps pour vous de partir”

#GitmeVaktinizGeldi

Depuis le mois de juillet, la Turquie voit arriver à sa frontière des groupes d’Afghans se dispersant dans le pays à la recherche de sécurité et de travail. Événement mis sur le compte du retrait des forces américaines d’Afghanistan, il faut dire que c’est aussi la saison des passages et surtout des grandes récoltes. En effet, d’une part, la traversée en été est moins mortelle et, d’autre part, l’agriculture turque a besoin de cette main d’œuvre abordable – et non déclarée – pour les tâches rudes que plus personne ne veut faire. Cette réalité économique de longue date mais invisible – ou invisibilisée – a été affichée sur les réseaux sociaux avec la diffusion d’une vidéo montrant un camion s’arrêtant en pleine autoroute pour faire descendre une cinquantaine d’hommes dans les environs de Nigde en centre Anatolie. Une arrivée de main d’œuvre exploitable à bas prix qui ravive les débats sur l’immigration mais aussi, comme c’est la spécificité en Turquie, les positions des partis politiques, voire la politique étrangère du gouvernement AKP[1] (Parti de la Justice et du Développement). Saisie par les politiques, l’arrivée des Afghans, rapidement comparée à la présence des Syriens, a fait l’objet de hashtags sur les réseaux sociaux, souvent hors sujet, parfois hostiles, rarement accueillants, dont #GitmeVaktinizGeldi : « Il est temps pour vous de partir ».

  • Le lancement d’une campagne électorale sur le dos des migrants

C’est Kemal Kılıçdaroğlu, dirigeant du parti d’opposition CHP (Parti Républicain du Peuple), qui a ouvert le bal le 18 juillet en déclarant : « Je m’adresse au monde, ne me confondez pas avec Erdoğan »[2]. « Personne ne fera garder un territoire qu’il a fui par mes soldats », a-t-il prévenu, en faisant référence à la proposition turque de maintenir une présence militaire en Afghanistan pour garder l’aéroport de Kaboul alors que les Américains évacuent. « Personne ne fera de mon pays une prison ouverte pour les réfugiés », a-t-il ajouté. Et ce, après avoir affirmé quelques jours auparavant que le CHP, une fois au pouvoir, règlerait le problème syrien en deux ans. Le parti fait campagne depuis quelques années pour ramener la paix en Syrie car « personne ne peut être aussi heureux que dans son propre pays »[3]. Ayant peu de marge de manœuvre pour se positionner économiquement ou socialement, il est certainement plus aisé pour le CHP de miser sur le sujet des migrations pour faire campagne contre le parti au pouvoir, l’AKP.

Le double statut de la Turquie comme pays de transit et d’accueil, la clause géographique ne reconnaissant pas les non-européens comme réfugiés et la multiplicité des statuts administratifs pour les étrangers présents en Turquie encouragent la confusion. Ali Babacan, leader du nouveau parti DEVA, pose ainsi clairement les termes : « après les Syriens, le problème des Afghans prend vite de l’ampleur »[4]. Le glissement s’est ainsi fait assez rapidement de demander à ces deux populations de bien vouloir rentrer chez elles – on parle d’environ 170 000 Afghans et de 3,6 millions de Syriens officiellement enregistrés. Du côté de l’AKP, la répartie est médiocre : on essaye de distinguer les Syriens qui pourraient rester car ils viennent d’un pays en guerre, on rappelle que les Afghans ont aidé les Turcs pendant la guerre d’indépendance « en vendant leurs bracelets en or pour les envoyer à Atatürk » (Süleyman Soylu, ministre de l’Intérieur) mais surtout on explique que si ces gens partent l’économie turque s’effondrera (Yasin Aktay, conseiller d’Erdoğan). Ce à quoi une partie des sympathisants du CHP répondent qu’ils ne veulent pas d’un pays qui exploite les étrangers…

« Les migrants ne sont pas une campagne électorale » (« Göçmenler seçim kampanyası değildir »), a rappelé sur son compte Twitter Ravdanur Cuma, jeune avocate syrienne qui a créé sa propre fondation en Turquie. Alors que les migrants étaient habituellement présents dans le débat public à travers le discours de haine qui est regrettablement banalisé, on note l’arrivée progressive du sujet dans les campagnes électorales, c’est-à-dire une politisation. Alors que c’était anecdotique pendant les élections législatives de 2015, les dernières élections municipales ont montré que la thématique des Syriens s’affichait dans les tracts, les visuels et les programmes des partis. A double tranchant, l’hyperpolitisation de la thématique des migrants permet de mettre le sujet sur la table tout en dérapant vite sur d’autres problématiques : finalement, on parle de tout sauf des migrants. Surtout, le manque de transparence et d’information de la part du gouvernement a facilité la diffusion des légendes urbaines et des discours de haine, imposant un langage xénophobe[5].

Ainsi, le maire de Bolu, Tanju Özcan, qui s’était déjà fait remarqué pour avoir imposé des mesures discriminantes envers les Syriens, a une nouvelle fois fait preuve de zèle en annonçant qu’il allait proposer au parlement le vote d’une hausse spéciale des factures d’eau et des impôts pour les personnes d’origine étrangère (yabancı uyruklu) : « Les étrangers ne pourront pas utiliser l’eau au même prix que les Turcs », a-t-il déclaré. Il est déjà poursuivi par l’Organisation Internationale des Migrations mais la décision a fait du bruit. La rhétorique des impôts qui écrasent la population turque alors que les migrants profitent du système est assez récurrente, laissant de côté la surexploitation illégale des mêmes migrants qui ne sont pas assurés ni pris en charge.

Yasin Aktay,  un des conseillers d’Erdoğan interrogé sur la question, a tenté d’apaiser les esprits : « les invités sont toujours signes d’abondance ». Mais il a agité l’opposition en relançant la polémique sur  la faim, précisant que ceux qui ont vraiment faim ne le disent pas : « ceux qui disent qu’ils ont faim, généralement, ce sont ceux qui organisent l’exploitation »[6]. C’est bien sûr la crise économique qui exacerbe les prises de position et fait le lit des discours populistes, qu’on retrouve du côté de l’opposition surtout, qui se saisit régulièrement du sujet des migrants, syriens notamment, pour dénoncer les politiques de l’AKP.

  • Afghans et Syriens : figures d’un prolétariat invisibilisé

Des chercheurs s’échinent à rappeler la durée du conflit. La situation des Afghans est à traiter d’urgence au niveau international, avec un pays reconnu comme sûr alors que les bombes continuent d’exploser et que le pays a été mis à feu et à sang par quarante ans de guerre. Ainsi, comme aime à le rappeler le chercheur Emre Eren Korkmaz interrogé par Medyascope, les Afghans en Turquie c’est « une affaire de 40 ans »[7]. Passant par l’Iran ou le Pakistan, ils arrivent en Turquie comme pays de transit mais, les routes se fermant, certains attendent une dizaine d’années avec plusieurs tentatives de rejoindre l’Europe au compteur. En attendant, ils travaillent, hommes à tout faire et à tout transporter dans les grandes villes, ou bergers dans les campagnes d’Anatolie : on apprécie leur docilité mais on  leur reproche leur mobilité extrême, qui est en fait une mobilité subie et imposée par une précarité multidimensionnelle. En Turquie, les Afghans sont comme des « fantômes », sans papier ni existence administrative, avec leur corps comme seul capital pour effectuer les travaux les plus physiques[8].

De fait, dans le champ des migrations en Turquie, la thématique des migrations est de plus en plus approchée en termes de classes et de rapport d’exploitation. « En fait, le sujet c’est les classes moyennes, qu’est-ce qu’elles font comme travail, les pauvres, quel travail ils font, où est-ce qu’ils vivent, parce que le sujet des réfugiés syriens ici, comme dans toute la Turquie, c’est le sujet de la rencontre des pauvres », explique le chercheur Nuri Gültekin[9]. Dans les entretiens[10], on retrouve souvent l’argument des « Syriens pauvres » qui sont restés dans les villes de l’est alors que les riches ont pu partir en Europe, choisis par les Européens. Cette thématique de l’exploitation corrélée à une vulnérabilisation encouragée par l’absence d’un statut clair fait écho aux écrits de Grégoire Chamayou[11]. Il évoque cette combinaison entre l’exclusion légale et l’inclusion dans les rapports d’exploitation, le tout dans un contexte de politiques de traque et d’insécurisation. Or, on observe en Turquie l’évolution d’une politique migratoire axée depuis le début sur le retour des Syriens, avec comme point culminant les campagnes municipales de 2019 puis l’ouverture des frontières en février 2020, événements corrélés aux opérations militaires menées par la Turquie en territoire syrien. D’autant plus que la politique migratoire s’est construite avec l’arrivée des Syriens, elle s’est donc fabriquée dans l’urgence et est encore jeune, laissant une grande partie des autres nationalités dans l’ombre, vulnérables et exploitables à souhait. « Les chasses xénophobes sont des chasses de mise en concurrence salariale, si le capitalisme n’a pas inventé la violence xénophobe, il l’a branchée sur les puissantes dynamiques inter-prédatrices qui sont les siennes », écrit Grégoire Chamayou dans son ouvrage intitulé Les chasses à l’homme.

  • Une politique migratoire classique : externalisation et sécurité nationale

Un autre maire s’est une nouvelle fois fait remarquer à cette occasion, Lütfü Kirdar, maire de Hatay. Alors qu’il avait déjà fait l’actualité en agitant le spectre du sandjak d’Alexandrette affirmant que si un référendum était organisé dans 10 ans, les Syriens voteraient pour le rattachement de Hatay à la Syrie. Ces derniers jours, il a rappelé aux médias ses préoccupations en déclarant : « si des Syriens se présentaient aux élections municipales dans certaines villes, ils gagneraient ». D’une part, on relève la question du vote et de l’éligibilité des Syriens qui revient  régulièrement dans les discours depuis 2016 notamment et le discours sur la naturalisation prononcé par le président Erdogan à Kilis. D’autre part, c’est le thème de la « beka » qui est brandi ici, la survie de l’État turc, appelant une protection des frontières et notamment de la région de Hatay, qui serait particulièrement exposée aux velléités syriennes dans les imaginaires.

Alors que faire? Des opérations militaires de l’autre côté de la frontière pour créer des zones tampon et organiser le « retour » des Syriens, accélérer la construction des murs, le tri des entrants. Car dans un contexte de guerre, « tu ne demandes pas la carte d’identité, c’est une déclaration sur l’honneur. On a essayé de trier, et quand il y avait des erreurs, les services turcs s’en occupaient sur le champ », se défend un employé de l’AFAD. L’agence, chargée de gérer les catastrophes et les tremblements de terre, a été créée en 2009 et a assumé la prise en charge des arrivées et l’organisation des camps dès 2011. Maintenant, « c’est la sécurité de la nation qui doit primer : s’il y a un incendie, tu protèges d’abord ton enfant avant celui des voisins », m’explique une politicienne ayant participé aux négociations avec l’Union européenne[12]. « Tout ça, c’est la faute de la politique de la porte ouverte, il y a le côté humanitaire mais il y a aussi la sécurité », ajoute-t-elle.

Alors que les médias estiment les arrivées d’Afghans à 1000-1500 par jour, le barreau de Van rappelle qu’il est impossible de compter les entrées à cette frontière de plus de 500 km[13]. Pour pouvoir mieux compter et trier, la construction des frontières va bon train, non seulement du côté syrien mais aussi du côté iranien. En attendant, bien que la fausse mise à l’agenda de l’immigration et des migrations en Turquie soit l’occasion d’un déversement de haine et de d’ignorance, c’est aussi une fenêtre d’opportunité, une aubaine pour les chercheurs et académiciens sur le terrain pour se faire entendre et rendre publiques leurs analyses et observations. Saisissons-là !

Solène Poyraz


[1] Au même moment, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie avait des points communs avec le programme des Taliban.

[2] https://www.sozcu.com.tr/2021/gundem/kilicdaroglu-dunyaya-seslendi-beni-erdoganla-karistirmayin-6545707/

[3] Slogan présent dans les tracts du CHP en 2019.

[4] https://www.amerikaninsesi.com/a/suriyeliler-den-sonra-afganlar-sorunu-h%C4%B1zla-buyuyor-/5963004.html

[5] Kemal Vural Tarlan, “Türkiye’nin göç politikalari : Mevcut Durum ve Gelecek”, 3 août 2021, Birikim, https://birikimdergisi.com/guncel/10682/turkiyenin-goc-politikalari-mevcut-durum-ve-gelecek

[6] Pour relire notre article sur le hashtag #painsec : https://ayak.hypotheses.org/112. Vous pouvez aussi écouter le podcast sur le sujet : https://ayak.hypotheses.org/category/actualites/podcasts.

[7] Engin Deniz Ipek, « Emre Eren Korkmaz : Les migrants venant d’Afghanistan se rendant en Turquie, actualité de la crise des migrants et nouvelles approches », Medyascope, 20 juillet 2021.  https://www.pscp.tv/w/1ZkKzebbDbWxv

[8] Pour lire le rapport sur les Afghans à Istanbul réalisé par les chercheurs de l’association GAR, sous la direction de Didem Danis et Deniz Sert (disponible en turc et en anglais)  https://www.gocarastirmalaridernegi.org/tr/istanbul-un-hayaletleri-guvencesizligin-kiyisinda-afganlar/192-istanbul-un-hayaletleri-guvencesizligin-kiyisinda-afganlar-raporu-yayinlandi

[9] Entretien à l’université de Gaziantep, mars 2021.

[10] Enquête de terrain réalisée à Gaziantep et Hatay, mars 2021.

[11] Grégoire Chamayou, Les chasses à l’homme, La fabrique, 2010.

[12] Entretien à Ankara, juin 2021.

[13] https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-57913874


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (4 août 2021). “Il est temps pour vous de partir” AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4we


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search