Catégories
Hashtag du moment

” L’aéroport de Fuzuli”

#FuzuliHavaLimani

Le nouvel aéroport international de Fuzuli a été inauguré le 26 octobre dernier, en présence du Président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, et de celui de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan. La ville de Fuzuli est située au sud de la région du Haut-Karabagh et fait partie des territoires récupérés[1] par l’Azerbaïdjan après la dernière guerre du Haut-Karabagh en novembre 2020. La présence du Président turc ce jour-là s’inscrit dans une politique de mise en valeur de la relation de solidarité voire de fraternité qui prévaut entre les deux pays, souvent résumé sous le slogan « tek millet iki devlet » [une nation, deux États][2]. Au-delà de cette portée symbolique, la présence du Président turc est un indicateur de la place qu’Ankara cherche à occuper dans le nouveau maillage des infrastructures transfrontalières de transport, à l’échelle régionale.

La « nouvelle porte du Haut-Karabagh sur le monde »

La construction de l’aéroport de Fuzuli a commencé le 14 janvier 2021, avec la participation de plusieurs entreprises turques. Achevée huit mois plus tard, l’aéroport est officiellement enregistré sous le code FZL par l’association internationale du transport aérien (IATA). L’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (EUROCONTROL[3]) a elle aussi approuvé les normes d’émissions radio de l’aéroport. Il est situé à environ 300 kilomètres de la capitale Baku et cents kilomètres de la ville de Şuşa. Disposant d’une capacité de 200 passagers en transit par heure, il a été labellisé lors de l’inauguration comme la « nouvelle porte du Haut-Karabagh sur le monde »[4].

Pour le gouvernement azerbaïdjanais, l’objectif est de reconstruire et de moderniser la ville mais aussi, à plus grande échelle, le district de Fuzuli [fizuli rayonu[5]] ainsi que l’ensemble des territoires conquis à l’issue de la dernière guerre du Haut-Karabagh qui s’est déroulée du 27 septembre au 10 novembre 2020[6]. En plus du nouvel aéroport, le district de Fuzuli s’inscrit dans un projet autoroutier, lui aussi soutenu par la Turquie. En effet, comme l’a indiqué sur twitter le ministre turc des transports et des infrastructures – également présent pour l’inauguration de l’aéroport –, les deux pays ont planifié la construction de deux autoroutes : un premier axe de 81 kilomètres reliant les villes de Ahmetbeyli, Fuzuli et Şuşa et un deuxième de 123 kilomètres reliant Ahmetbeyli, Horadiz, Mincivan et Ağbend[7].

Pour la Turquie, ces projets d’infrastructures constituent d’intéressantes débouchées pour le secteur de la construction[8]. Plus généralement, l’objectif est de relier l’Azerbaïdjan et la Turquie de manière plus directe, par voie aérienne mais aussi terrestre.

Fuzuli, Zangezur : un même objectif de désenclavement

Ces projets de construction ont notamment pour objectif de désenclaver le pays et de mieux relier l’Azerbaïdjan à la Turquie, sans être contraint par l’Arménie. C’est dans cette optique que l’Azerbaïdjan a évoqué à plusieurs reprises la réhabilitation de lignes de chemin de fer, en particulier une ancienne ligne désertée depuis la chute de l’URSS permettant de relier l’Azerbaïdjan à l’enclave du Nakhchivan, et donc à la Turquie. Une partie de cette ligne de chemin de fer serait nécessairement obligée de passer par le territoire arménien, sur une petite portion de 35 kilomètres le long de la frontière avec l’Iran. Le projet de construction d’une voie ferrée couplée d’une voie routière sur cette portion est appelé « corridor de Zangezur[9] » par l’Azerbaïdjan et la Turquie.

Si l’accord de cessez-le-feu conclu le 10 novembre 2020 prévoyait la réouverture d’axes de transport autrefois fermés en raison des affrontements, l’Arménie s’oppose pour l’instant à la création de ce corridor. Sur le terrain, la sécurité de cet axe est actuellement assurée par les forces militaires russes. Malgré la mise en place de groupe de travail, les trois parties – Baku, Yerevan et Moscou – n’ont pas trouvé d’accord sur cette question, le climat s’étant par ailleurs rigidifié après une crise des frontières en mai 2021. Cela n’empêche pourtant pas Ankara et Baku de mentionner l’existence future du corridor de Zangezur, comme si sa construction était déjà lancée. Sur cette lancée, le gouvernement turc a même évoqué son intention de construire un autre segment ferroviaire sur son territoire, reliant le poste frontière de Dilucu au Nakhchivan à la ville de Kars, complétant le réseau déjà existant avec la ligne BTK (Bakou, Tbilissi, Kars) inaugurée en 2017.

La création du corridor de Zangezur représenterait un manque à gagner pour l’Iran, par lesquels passent les routiers pour le transport de marchandises. La problématique des camions de marchandises a d’ailleurs récemment fait l’objet de fortes tensions entre l’Azerbaïdjan et l’Iran : soixante camions iraniens ont été accusés par les autorités azerbaidjanaises de délivrer des marchandises dans la région du Haut-Karabagh entre mi-août et mi-septembre en transitant illégalement de l’Arménie à la région du Haut-Karabagh par le corridor de Lachin sans autorisation officielle de l’Azerbaïdjan. Une partie de cette route est désormais sous contrôle azerbaïdjanais (la route Gorus-Gafan qui s’étend sur 21 kilomètres) et les agents douaniers ont imposé des taxes douanières extrêmement élevées aux routiers iraniens[10].

Cette problématique des couloirs de trafic routier a créé une escalade sur le plan diplomatique mais aussi des démonstrations de forces militaires proches de la frontière. Le soutien indéfectible de la Turquie vis-à-vis de l’Azerbaïdjan ajoute une pression supplémentaire à l’Iran dans cette compétition des corridors à l’échelle du Caucase du sud. Dans cette course pour un nouveau maillage d’infrastructures de transport se pose également la question de la place de la Chine et des nouvelles routes de la Soie.

Enfin, l’inauguration de l’aéroport de Fuzuli fait étrangement écho aux efforts de la diplomatie turque pour avoir une place dans la gestion et la sécurité de l’aéroport international de Kaboul. De quoi peut-être constituer des éléments de réflexion sur une nouvelle géopolitique des aéroports menée par la Turquie à l’échelle régionale.

Johanna Ollier


[1] Les districts de Fuzuli et de Jibrail ne faisaient pas partis à proprement parler du territoire auto-proclamé du Haut-Karabagh mais étaient occupés par les forces arméniennes depuis la première guerre du Haut-Karabagh qui a éclaté en 1988 et perduré jusqu’en 1994.

[2] Voir à ce sujet les travaux d’Aurélie Stern : http://www.theses.fr/s133997

[3] La Turquie est membre de cette organisation pan-européenne depuis 1989. L’objectif principal d’EUROCONTROL est d’harmoniser les normes de circulation dans l’espace aérien pour améliorer la sécurité et l’efficience du trafic aérien.

[4] Anadolu Ajansı. « Karabağ’ın dünyaya açılan kapısı Fuzuli Havalimanı », 25 octobre 2021. https://www.aa.com.tr/tr/info/infografik/25435.

À noter que l’Azerbaïdjan comptait déjà cinq aéroports internationaux sur son territoire.

[5] Sur le plan administratif, le territoire de l’Azerbaïdjan est découpé en rayonlar numérotés : Fuzuli rayonu est le numéro 18.

[6] Dans cette perspective, le Président Ilham Aliyev a par exemple annoncé vouloir faire du village de Dovlatyarli un « smart village » entouré de fermes agricoles, favorisant la création d’emplois et l’utilisation de sources d’énergie alternatives. https://en.president.az/articles/53507 Il prévoit par ailleurs la création de 665 kilomètres de nouvelles routes.

[7] Adil Karaismailoğlu. Tweet. @akaraismailoglu, 26 octobre 2021. https://twitter.com/akaraismailoglu/status/1452976671343190019.

[8] Notamment pour l’entreprise Kolin Insaat.

[9] Du nom du massif montagneux dans cette région.

[10] Les taxes seraient de 130 dollars pour les camions iraniens, mais le tarif pour les camions non-iraniens n’est pas précisé. Brenda Shaffer. « #Azerbaijan Talks Collecting Road Taxes from Iranian Trucks on Gorus-Gafan Highway Https://En.Trend.Az/Business/3483305.Html #Iran ». Tweet. @ProfBShaffer (blog), 13 septembre 2021. https://twitter.com/ProfBShaffer/status/1437412340954243082.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (1 novembre 2021). ” L’aéroport de Fuzuli” AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4wg


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search