Catégories
Séminaires Uncategorized

Séminaire AYAK #4 : “la notion de l’étrangéité dans la recherche”

La recherche est une expérience vécue différemment par chaque chercheur. Parmi ces expériences variées, revient souvent le sentiment d’imposture qui coïncide parfois avec le sentiment d’être étranger/étrangère : par rapport à son sujet, son terrain, ses enquêté.e.s. Même si le choix du sujet peut sembler résulter d’une affinité particulière qui peut donner l’illusion d’une familiarité, celle-ci sera vite remise en question à chaque étape du processus de recherche. Se pose alors la question des terrains hostiles vs les terrains plus hospitaliers, des qualités de terrain qui ne sont pas fixes, qui évoluent en fonction de différents paramètres.

En outre, la notion d’étrangeté (yabancılık, yabancı olmak) en Turquie implique un autre versant que nous rencontrons sur nos terrains: chaque terrain a son étranger, parfois c’est nous, parfois c’est un autre groupe d’enquêté.e.s.

Dans cette JE, organisée par Ayşe Yılmaz et Necati Mert Gümüş à l’université de Bahçeşehir, nous visons donc à questionner la notion et la posture de l’étranger ainsi que ses nuances dans le processus de la recherche: du côté du chercheur/de la chercheuse, du côté du terrain, du côté des enquêté.e.s. Les questions qu’on se pose sont les suivantes (mais elles ne sont pas exhaustives) : comment et de quelles manières la notion d’étranger est employée dans une recherche ? Comment un.e chercheur/chercheuse peut devenir étranger à son sujet ou à son terrain pendant sa recherche ? Est-ce que la posture de l’étranger est une contrainte à dépasser dans un monde académique universel ou un phénomène plutôt ordinaire pour un chercheur, voire se transformer en avantage ? Quelles sont les stratégies à adopter sur un terrain étranger (entrer, y rester, en sortir) ? Comment on conduit une recherche auprès des étrangers (aller-retour, langue,..)? Que veut dire “étranger” (selon qui, est-ce un statut intangible)?

Necati Mert Gümüş discute le sentiment d’etranger et d’étrangété dans sa rechecrhe de terrain qui est basée sur un travail conduit dans les institutions publiques locales à Istanbul et Ankara, en se concentrant sur  la posture du chercheur, son rapport au sujet et au terrain, les obstacles, décalages et malentendus qui peuvent en découler (voire les frustrations).

Dans un second temps, Öykü Aytaçoğlu developpe ses réflexions autour de la place de la chercheuse sur le terrain, le rapport à soi et aux autres et les liens entre les émotions et le travail de terrain dans sa presentation à partir de ses recherches sur une population étrangère et vulnérable. 

Ensuite, Théo Malçok discute les notions de l’etrange et de l’etranger à travers la figure de l’athée (ateist) dans les mouvements islamistes de Turquie au prisme des archives du Projet des Revues İslamistes (İslamcı Dergiler Projesi)

Puis, c’est au tour d’Elif Becan de mettre en discussion sa position et sa performance en tant que chercheuse, travaillant en France, une personne issue de l’immigration balkanique et une citoyenne en Turquie, à partir d’un exemple de sa recherche de terrain “inachevé”.

Dernièrement, Cem Algül, dans une époque marquée par de nombreuses préoccupations identitaires, évoque les difficultés posées par le statut de binational dans le cadre de recherches qui impliquent la France et la Turquie à travers les études littéraires.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (2 mars 2022). Séminaire AYAK #4 : “la notion de l’étrangéité dans la recherche” AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4wi


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search