Catégories
Hashtag du moment

“Nous exigeons un enseignement en présentiel”

#Yuzyuzeegitimistiyoruz

Parmi tous les domaines affectés par la crise du Covid-19, l’éducation semble avoir payé le prix fort, notamment dans ses prétentions à la méritocratie et l’égalité des chances. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, les États ont pris des décisions variées, hésitant entre l’exceptionnalité de la crise et l’impératif de la « continuité pédagogique ». Le choix du hashtag de ce jour nous donne un bref aperçu de la situation de l’enseignement supérieur turc en ces temps de crise, concernant plus de 6 millions d’étudiants[1]. Bien que certaines classes aient pu rouvrir progressivement jusqu’à la mi-novembre au moins, il n’a presque jamais été question de rouvrir les universités.

Les universités sont maintenant fermées depuis le 16 mars 2020, date à laquelle le ministère de l’Enseignement supérieur turc a proclamé une « pause » de trois semaines[2]. C’était d’abord une mesure de précaution pour permettre l’organisation du retour des étudiants dans leur ville d’origine, et se donner le temps de vérifier l’état des plateformes et mettre en place les conditions pour l’enseignement à distance. A partir du 23 mars 2020, tout a basculé en ligne pour la plupart des universités, c’est-à-dire celles qui en avaient les moyens. Aujourd’hui, cet enseignement n’a toujours pas repris en présentiel. 

Les étudiant.e.s, pour la plupart rentrés chez eux, aux quatre coins de la Turquie, ont dû s’adapter aux « nouvelles » pratiques pédagogiques mais aussi au retour à la vie dans le foyer familial. Les témoignages, oscillant entre difficultés et stratégies, nous montrent que la crise révèle des inégalités qui pouvaient être encore invisibilisées par le cadre illusoire de l’université publique: absence d’espace de travail, impossibilité d’utiliser le microphone, coupures d’électricité, difficultés d’ordre psychologique…Non seulement les inégalités socio-économiques ont éclaté au grand jour, mais à cela s’est ajoutée la criante fracture numérique, le tout étant intrinsèquement lié aux inégalités territoriales du pays. Même si les bourses ont été maintenues, les prix ont dans le même temps flambé, obligeant les étudiants à rester dans leur domicile familial et à rendre leur appartement étudiant dans une majorité des cas. On observe qu’une partie des étudiants s’est finalement aménagée un temps de travail, privilégiant une expérience professionnelle et perdant espoir dans la valeur du diplôme qui sera obtenu. 

Pour aller plus loin, cliquez ici.

[1] Selon les statistiques du YOK pour l’année 2018-2019, il y avait 4 millions d’étudiants inscrits en licence et 2 millions en DEUG (licence sur 2 ans). https://www.yok.gov.tr/

[2] Déclaration du président du YOK, Yekta Saraç, le 13 mars 2020.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
AYAK (25 novembre 2020). “Nous exigeons un enseignement en présentiel” AYAK. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/d4vw


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search