Catégories
Hashtag du moment

” L’aéroport de Fuzuli”

#FuzuliHavaLimani

Le nouvel aéroport international de Fuzuli a été inauguré le 26 octobre dernier, en présence du Président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliyev, et de celui de la Turquie, Recep Tayyip Erdoğan. La ville de Fuzuli est située au sud de la région du Haut-Karabagh et fait partie des territoires récupérés[1] par l’Azerbaïdjan après la dernière guerre du Haut-Karabagh en novembre 2020. La présence du Président turc ce jour-là s’inscrit dans une politique de mise en valeur de la relation de solidarité voire de fraternité qui prévaut entre les deux pays, souvent résumé sous le slogan « tek millet iki devlet » [une nation, deux États][2]. Au-delà de cette portée symbolique, la présence du Président turc est un indicateur de la place qu’Ankara cherche à occuper dans le nouveau maillage des infrastructures transfrontalières de transport, à l’échelle régionale.

La « nouvelle porte du Haut-Karabagh sur le monde »

La construction de l’aéroport de Fuzuli a commencé le 14 janvier 2021, avec la participation de plusieurs entreprises turques. Achevée huit mois plus tard, l’aéroport est officiellement enregistré sous le code FZL par l’association internationale du transport aérien (IATA). L’Organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne (EUROCONTROL[3]) a elle aussi approuvé les normes d’émissions radio de l’aéroport. Il est situé à environ 300 kilomètres de la capitale Baku et cents kilomètres de la ville de Şuşa. Disposant d’une capacité de 200 passagers en transit par heure, il a été labellisé lors de l’inauguration comme la « nouvelle porte du Haut-Karabagh sur le monde »[4].

Pour le gouvernement azerbaïdjanais, l’objectif est de reconstruire et de moderniser la ville mais aussi, à plus grande échelle, le district de Fuzuli [fizuli rayonu[5]] ainsi que l’ensemble des territoires conquis à l’issue de la dernière guerre du Haut-Karabagh qui s’est déroulée du 27 septembre au 10 novembre 2020[6]. En plus du nouvel aéroport, le district de Fuzuli s’inscrit dans un projet autoroutier, lui aussi soutenu par la Turquie. En effet, comme l’a indiqué sur twitter le ministre turc des transports et des infrastructures – également présent pour l’inauguration de l’aéroport –, les deux pays ont planifié la construction de deux autoroutes : un premier axe de 81 kilomètres reliant les villes de Ahmetbeyli, Fuzuli et Şuşa et un deuxième de 123 kilomètres reliant Ahmetbeyli, Horadiz, Mincivan et Ağbend[7].

Pour la Turquie, ces projets d’infrastructures constituent d’intéressantes débouchées pour le secteur de la construction[8]. Plus généralement, l’objectif est de relier l’Azerbaïdjan et la Turquie de manière plus directe, par voie aérienne mais aussi terrestre.

Fuzuli, Zangezur : un même objectif de désenclavement

Ces projets de construction ont notamment pour objectif de désenclaver le pays et de mieux relier l’Azerbaïdjan à la Turquie, sans être contraint par l’Arménie. C’est dans cette optique que l’Azerbaïdjan a évoqué à plusieurs reprises la réhabilitation de lignes de chemin de fer, en particulier une ancienne ligne désertée depuis la chute de l’URSS permettant de relier l’Azerbaïdjan à l’enclave du Nakhchivan, et donc à la Turquie. Une partie de cette ligne de chemin de fer serait nécessairement obligée de passer par le territoire arménien, sur une petite portion de 35 kilomètres le long de la frontière avec l’Iran. Le projet de construction d’une voie ferrée couplée d’une voie routière sur cette portion est appelé « corridor de Zangezur[9] » par l’Azerbaïdjan et la Turquie.

Si l’accord de cessez-le-feu conclu le 10 novembre 2020 prévoyait la réouverture d’axes de transport autrefois fermés en raison des affrontements, l’Arménie s’oppose pour l’instant à la création de ce corridor. Sur le terrain, la sécurité de cet axe est actuellement assurée par les forces militaires russes. Malgré la mise en place de groupe de travail, les trois parties – Baku, Yerevan et Moscou – n’ont pas trouvé d’accord sur cette question, le climat s’étant par ailleurs rigidifié après une crise des frontières en mai 2021. Cela n’empêche pourtant pas Ankara et Baku de mentionner l’existence future du corridor de Zangezur, comme si sa construction était déjà lancée. Sur cette lancée, le gouvernement turc a même évoqué son intention de construire un autre segment ferroviaire sur son territoire, reliant le poste frontière de Dilucu au Nakhchivan à la ville de Kars, complétant le réseau déjà existant avec la ligne BTK (Bakou, Tbilissi, Kars) inaugurée en 2017.

La création du corridor de Zangezur représenterait un manque à gagner pour l’Iran, par lesquels passent les routiers pour le transport de marchandises. La problématique des camions de marchandises a d’ailleurs récemment fait l’objet de fortes tensions entre l’Azerbaïdjan et l’Iran : soixante camions iraniens ont été accusés par les autorités azerbaidjanaises de délivrer des marchandises dans la région du Haut-Karabagh entre mi-août et mi-septembre en transitant illégalement de l’Arménie à la région du Haut-Karabagh par le corridor de Lachin sans autorisation officielle de l’Azerbaïdjan. Une partie de cette route est désormais sous contrôle azerbaïdjanais (la route Gorus-Gafan qui s’étend sur 21 kilomètres) et les agents douaniers ont imposé des taxes douanières extrêmement élevées aux routiers iraniens[10].

Cette problématique des couloirs de trafic routier a créé une escalade sur le plan diplomatique mais aussi des démonstrations de forces militaires proches de la frontière. Le soutien indéfectible de la Turquie vis-à-vis de l’Azerbaïdjan ajoute une pression supplémentaire à l’Iran dans cette compétition des corridors à l’échelle du Caucase du sud. Dans cette course pour un nouveau maillage d’infrastructures de transport se pose également la question de la place de la Chine et des nouvelles routes de la Soie.

Enfin, l’inauguration de l’aéroport de Fuzuli fait étrangement écho aux efforts de la diplomatie turque pour avoir une place dans la gestion et la sécurité de l’aéroport international de Kaboul. De quoi peut-être constituer des éléments de réflexion sur une nouvelle géopolitique des aéroports menée par la Turquie à l’échelle régionale.

Johanna Ollier


[1] Les districts de Fuzuli et de Jibrail ne faisaient pas partis à proprement parler du territoire auto-proclamé du Haut-Karabagh mais étaient occupés par les forces arméniennes depuis la première guerre du Haut-Karabagh qui a éclaté en 1988 et perduré jusqu’en 1994.

[2] Voir à ce sujet les travaux d’Aurélie Stern : http://www.theses.fr/s133997

[3] La Turquie est membre de cette organisation pan-européenne depuis 1989. L’objectif principal d’EUROCONTROL est d’harmoniser les normes de circulation dans l’espace aérien pour améliorer la sécurité et l’efficience du trafic aérien.

[4] Anadolu Ajansı. « Karabağ’ın dünyaya açılan kapısı Fuzuli Havalimanı », 25 octobre 2021. https://www.aa.com.tr/tr/info/infografik/25435.

À noter que l’Azerbaïdjan comptait déjà cinq aéroports internationaux sur son territoire.

[5] Sur le plan administratif, le territoire de l’Azerbaïdjan est découpé en rayonlar numérotés : Fuzuli rayonu est le numéro 18.

[6] Dans cette perspective, le Président Ilham Aliyev a par exemple annoncé vouloir faire du village de Dovlatyarli un « smart village » entouré de fermes agricoles, favorisant la création d’emplois et l’utilisation de sources d’énergie alternatives. https://en.president.az/articles/53507 Il prévoit par ailleurs la création de 665 kilomètres de nouvelles routes.

[7] Adil Karaismailoğlu. Tweet. @akaraismailoglu, 26 octobre 2021. https://twitter.com/akaraismailoglu/status/1452976671343190019.

[8] Notamment pour l’entreprise Kolin Insaat.

[9] Du nom du massif montagneux dans cette région.

[10] Les taxes seraient de 130 dollars pour les camions iraniens, mais le tarif pour les camions non-iraniens n’est pas précisé. Brenda Shaffer. « #Azerbaijan Talks Collecting Road Taxes from Iranian Trucks on Gorus-Gafan Highway Https://En.Trend.Az/Business/3483305.Html #Iran ». Tweet. @ProfBShaffer (blog), 13 septembre 2021. https://twitter.com/ProfBShaffer/status/1437412340954243082.

Catégories
Hashtag du moment

“Nous exigeons un enseignement en présentiel” – 2

#yuzyuzeegitimistiyoruz

La pandémie de COVID-19 a affecté minutieusement la vie sociale dans tous ses aspects. Si la vie quotidienne semble s’y adapter tant bien que mal dans un silence relatif, il n’en va pas de même pour les institutions de la modernité. Tel est le cas de l’école qui se trouve troublée depuis plus d’un an et demi. En Turquie, tous les établissements scolaires ferment leurs portes en mars 2020 [1]et différentes plateformes numériques prennent le relais pour les activités scolaires. Outre quelques tentatives échouées pour rouvrir les établissements l’an dernier, ils restent fermés jusqu’à la rentrée scolaire 2021-2022. Si les établissements scolaires de premier et de second degré retournent à l’enseignement présentiel, les universités adoptent une modalité hybride en dispensant certains cours en présentiel et les autres en distanciel. Cette expérience nécessite une réorganisation institutionnelle dont personne n’envisage encore l’ampleur. De prime abord, la question s’avère simple : faut-il garder l’éducation présentielle ou accepter la modalité distancielle ? Mais en pratique, on ne peut pas trancher et on se résigne à un modèle hybride en attendant de retourner à “la normale”. Finalement, au-delà d’une affaire technique – présentielle et distancielle – cette question évoque les problématiques fondamentales de la sociologie de l’éducation : la démocratisation de l’éducation et la reproduction des inégalités sociales par l’école. La modalité distancielle promet une potentialité démocratisatrice en facilitant l’accès à l’enseignement tandis qu’elle présente le risque de la production de nouvelles inégalités scolaires en exigeant la possession de certaines ressources technologiques comme l’ordinateur et la connexion Internet. En mettant en question la démocratisation de l’éducation et la production des inégalités au sein des institutions éducatives, ce hashtag du jour se concentre sur l’expérience de l’éducation distancielle en Turquie.

L’éducation distancielle à l’école ou la reproduction des inégalités sociales et scolaires

Après l’annonce du premier cas de covid-19 en Turquie, les écoles ont été fermées le 16 mars 2020. L’éducation distancielle a pris place la semaine d’après, le 24 mars 2020. L’année scolaire 2019-2020 s’est déroulée à distance. Le début de l’année scolaire d’après, 2020-2021, a commencé avec l’espoir de reprendre l’éducation en présentiel. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire à cause du nombre de cas positifs qui a augmenté en automne. Malgré les efforts et les essais pour établir un système hybride au mois de mars afin de faire venir les élèves à l’école, ce système n’a pas non plus marché efficacement. On a instauré un rythme scolaire souple, demandant aux élèves de venir à l’école deux jours par semaine. Le fait que le taux de vaccination soit alors très faible, et que chaque cas positif dans une classe nécessite une pause de 15 jours à l’éducation présentielle, a conduit à l’échec de ce modèle scolaire. Pendant toute cette période d’éducation distancielle, l’enseignement s’est déroulé sur un système en ligne qui s’appelle EBA (Réseau informatique en éducation).

C’est dans un tel contexte que la rentrée scolaire 2021-2022 s’est déroulée en présentiel après plus d’un an et demi de distanciel. Le but est alors de maintenir l’éducation présentielle en ayant conscience que la période de l’éducation distancielle a abouti à plusieurs problèmes académiques et sociaux pour les élèves. Néanmoins, avant de parler des conséquences négatives de la modalité distancielle auxquelles on fait face, il faut discuter de l’accessibilité et de l’inclusivité de l’éducation distancielle pour comprendre la relation entre la démocratisation de l’éducation et la reproduction des inégalités sociales.

Après cette expérience d’éducation distancielle, plusieurs recherches ont été menées et plusieurs rapports ont été publiés sur le sujet. Grâce à certaines statistiques, on sait que tous les élèves n’arrivent pas à trouver leur place dans le système distanciel. Voire, des milliers d’entre eux en ont été exclus à cause du manque de ressources. Pour l’année scolaire 2019-2020, nous voyons que le taux de scolarisation est de 93,62% à l’école primaire, de 95,9% au collège et de 85,01% au lycée[2]. Mais, avec la pandémie, nous observons un accroissement des inégalités d’accès à l’éducation. Car le taux d’élèves qui n’ont pas accès à internet chez eux est de 24,1% et ceux qui n’ont pas d’ordinateur pour l’usage éducatif est de 33,3%[3]. Quant à l’usage du réseau informatique EBA où les cours enregistrés sont téléchargés, nous voyons que 60% des élèves ne l’ont jamais visité[4]. Nous voyons que ceux qui n’ont pas les ressources et les moyens nécessaires pour participer à l’éducation en ligne sont restés en dehors de ce système pendant longtemps. Cela met en question l’accessibilité et l’inclusivité de l’éducation distancielle en ligne et empêche les efforts pour rendre l’éducation de plus en plus démocratique.

Au niveau académique, les enfants des travailleurs agricoles, des migrants saisonniers, les enfants réfugiés, les enfants de milieux défavorisés, les enfants roms, les filles, les enfants ayant des besoins spéciaux sont quelques-uns des groupes vulnérables les plus touchés par la pandémie dans le contexte de la Turquie d’après Eğitim Reformu Girişimi (L’initiative de Réforme de l’Éducation)[5]. Le risque de ne pas pouvoir poursuivre les études devient donc un risque grave pour ces groupes vulnérables. Pour un enfant de milieu aisé, la logique inhérente de l’école et des activités scolaires semble potentiellement connue. Mais pour un enfant de milieu défavorisé, cette logique est probablement étrangère en raison du rapport du milieu familial à la culture écrite. Admettant que l’école fonctionne sur la culture écrite et les valeurs sociales qui sont proches de la culture des classes aisées, c’est à l’école que l’élève de milieu populaire peut obtenir la chance, grâce à l’enseignant, de s’approprier cette culture. Mais lorsque l’enfant reste à la maison, il reste en quelque sorte désarmé et sans soutien. Et pour les milieux exclus (grande pauvreté, immigration), l’enfant s’avère être une main-d’œuvre potentielle. Même si l’enfant continue théoriquement son enseignement, le fait d’être à l’écart de l’école risque de produire un décrochage cognitif[6]. Enfin, le grand problème pour l’éducation à distance est la possession ou non des outils technologiques nécessaires (télévision, ordinateur, connexion internet) et des espaces appropriés (chambre personnelle). En réalité, l’élève réel moyen est loin de l’élève idéal que suppose l’organisation de l’éducation à distance.

Au niveau social, il est plus difficile de mesurer avec des chiffres les effets de l’éducation distancielle sur les enfants. Car l’école n’est pas seulement le lieu de l’enseignement académique, mais un espace social où on rencontre d’autres personnes, c’est donc l’endroit où les enfants se socialisent de diverses manières. Avec l’éducation distancielle, la fonction socialisatrice de l’école risque d’être suspendue. Surtout pour les enfants de plus jeune âge, créer des sociabilités devient de plus en plus difficile. En parlant des sociabilités enfantines, il faut aussi se rappeler de l’importance des jeux à l’âge de l’enfance[7], ainsi que l’importance de l’école en tant que lieu de rencontre d’enfants qui jouent à des jeux. Contrairement aux petits enfants, les adolescents se sociabilisent davantage en ligne à travers l’usage d’outils technologiques s’ils ont les moyens. Quant aux adolescents issus des milieux populaires, ils restent toujours en dehors des plateformes en ligne. L’éducation en ligne retire les enfants de leurs principaux lieux de rencontres, en plus de cela les mesures prises durant la période de pandémie enferment les enfants chez eux avec l’instauration du couvre-feu. L’un renforcé par l’autre, les enfants sont restés en dehors des milieux de sociabilités.

Étant donné la situation inquiétante, vers la fin de l’été 2021, avant que les écoles s’ouvrent, les parents ont lancé une plateforme sur les réseaux sociaux qui s’appelle “Yüz yüze eğitim istiyoruz”, ce qui veut dire “nous exigeons l’éducation présentielle”[8]. Le but de cette plateforme est de créer une opinion publique favorable à la modalité présentielle et de faire entendre leur voix sur la nécessité de reprendre l’éducation en présentiel à la rentrée scolaire suivante.

À l’université: une nouvelle forme de démocratisation scolaire… mais à quel prix?

À l’instar du niveau primaire, l’enseignement universitaire à distance présente certains inconvénients. Même si c’est le côté formation qui est mis au premier plan, la vie universitaire continue à être un espace de socialisation et d’interactions pour les étudiants. L’enseignement sur une plateforme virtuelle risque à cet égard de nuire à la spontanéité des relations interpersonnelles. De même, l’accès à ce monde virtuel ne se fait pas sans un minimum de ressources. Il faut déjà posséder un appareil technologique (ordinateur, tablette ou smartphone) doté d’une connexion internet stable. Et ce n’est malheureusement pas le cas pour tous les étudiants. 

Mais tout en reconnaissant les inconvénients et les risques éventuels, il est possible d’envisager ou d’espérer certains bénéfices potentiels de la modalité distancielle au niveau de l’enseignement supérieur. Le premier apport de cette modalité renverrait au fameux débat de démocratisation scolaire.[9] Un enseignement émancipé des contraintes spatiales faciliterait l’accès d’une population plus large au milieu universitaire. Évidemment, ceci suppose toujours la possession d’une certaine technologie et des outils technologiques pour accéder à cet espace. Mais au-delà des inégalités face aux technologies numériques, cette modalité permettrait un accès plus généralisé qui en contrebalancerait les inégalités régionales. Car, en Turquie, 44 % des universités se trouvent dans les trois plus grandes villes (İstanbul, Ankara, İzmir)[10] et pour la majorité des étudiants, l’accès à l’université nécessite inévitablement de changer de ville et de trouver un logement. Or cette étape du parcours universitaire suppose la possession d’un capital économique élevé car la capacité des logements étudiants publics ne correspond qu’à 19 % des effectifs d’étudiants[11]. C’est dans un tel contexte qu’aujourd’hui, nous observons un mouvement tout récent, celui des Barınamayanlar[12] qui contestent la capacité insuffisante des logements étudiants et l’augmentation des loyers dans les grandes villes. Sur ce point, la modalité distancielle peut être utile pour une solution immédiate en attendant de véritables politiques scolaires qui auraient l’ambition de lutter contre les inégalités scolaires.

Au-delà de la question du logement, la modalité distancielle peut apporter une démocratisation de l’enseignement aux niveaux à la fois national et international. Cette démocratisation renfermerait d’autre part une universalisation du savoir. Car à la différence de l’enseignement primaire et secondaire qui est standardisé par un programme scolaire central, l’enseignement supérieur repose sur une diversité concernant les structures de cours et les styles pédagogiques. La modalité présentielle ne permet toutefois guère aux étudiants d’accéder à cette diversité scolaire. La mobilité des étudiants et des chercheurs reste limitée en raison des coûts financiers et organisationnels. Les échanges scientifiques à l’échelle internationale restent à ce stade largement confiés au monde de la publication (à l’écrit ou à l’oral) qui découlent des collaborations occasionnelles. Et lorsque ces rencontres deviennent possibles à l’occasion des événements scientifiques de différents types, elles présentent des effets négatifs pour l’environnement[13] et contreviennent à l’image d’une science plus verte qui est de plus en plus sollicitée[14]. Mais à la différence des déplacements physiques qui supposent des rencontres occasionnelles et présentent une empreinte carbone considérable, l’adoption de la modalité distancielle pour l’organisation des événements scientifiques s’offre comme une bonne alternative.

Même si la modalité distancielle promet certains avantages, un enseignement 100 % à distance n’est pas possible pour plusieurs raisons. Cette modalité est avant tout inadéquate pour certains types de formations et d’activités scientifiques. Ainsi, au lieu de choisir entre la modalité présentielle ou la modalité distancielle, une autre possibilité s’impose de nos jours :  la modalité hybride. Mais si on reste simplement au niveau de l’enseignement, la dualité présentielle et distancielle conduit inévitablement à penser en des termes pragmatiques et risque d’enfermer les sciences sociales dans la modalité distancielle d’autant plus qu’il serait plus facile pour celles-ci de s’y adapter comme elles reposeraient sur un enseignement purement théorique. Aujourd’hui, cette tendance n’est pas tout à fait manifeste mais peut être ressentie à partir des expériences singulières des enseignants travaillant dans différentes universités. Cependant, le risque est non négligeable si nous prenons en compte la dévalorisation des sciences sociales dans le monde actuel. Une répartition inégale des modalités présentielles et distancielles entre les sciences sociales et les sciences naturelles risque de rendre les premières de plus en plus invisibles et ainsi dévalorisées.

De l’idéal au réel: une éducation toujours inégalitaire

Certes, l’idéal ne traduit pas forcément le réel. Si les modalités distancielle ou présentielle possèdent une potentialité démocratisatrice pour différents niveaux scolaires, elles ne sont pas le vecteur unique d’une éducation plus juste. En pratique, leur potentialité ne devient réalité que pour une minorité favorisée, confrontant les autres à différentes formes d’inégalités. Au-delà d’une question technique  – présentiel ou distanciel?- le problème réside alors dans l’organisation actuelle du domaine scolaire qui s’appuie en grande partie sur les ressources économiques et culturelles des parents d’élèves. En 2019, 64,4 % des dépenses faites par les ménages en matière d’éducation sont effectuées par le cinquième quintile de revenu qui touche 46,3 % du revenu national[15]. C’est dans un tel contexte que l’éducation ne cesse de contribuer à la reproduction des inégalités sociales. C’est sur ce point que l’éducation présentielle a le bénéfice de rendre plus visibles ces inégalités du seul fait qu’elle met en présence des élèves de différents milieux socioculturels. Tout au contraire, ces inégalités risquent de passer inaperçues dans une sphère virtuelle. De même, la modalité présentielle semble incontournable en ce qui concerne la construction du sentiment d’un nous collectif qui constitue l’une des pierres angulaires de la cohésion sociale.

Metin Cevizci et Ayşe Yılmaz


[1] Cf Solène Poyraz, « Nous exigeons un enseignement en présentiel », AYAK, https://ayak.hypotheses.org/64

[2] Milli Eğitim Bakanlığı, Milli Eğitim İstatistikleri 2019-2020, Ankara, 2020.

[3] TEDMEM. (2020). COVID-19 sürecinde eğitim: Uzaktan öğrenme, sorunlar ve çözüm önerileri (TEDMEM Analiz Dizisi 7). Ankara: Türk Eğitim Derneği Yayınları, p.92

[4] ibid., p.92

[5] Özgenur Korlu et Umay Aktaş Salman, “Okula Nasıl Dönüyoruz?”, Eğitim Reformu Girişimi, URL: https://www.egitimreformugirisimi.org/okula-nasil-donuyoruz/, mis en ligne le 27 Août 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[6] Bonnéry, S. Décrochage cognitif et décrochage scolaire, in Glasman D. & œuvrard F. (dir). La déscolarisation. Paris : La Dispute, 2004. p. 135-147.

[7] Yaprak Sarışık, “Oyunu Ciddiye Almak”, Eğitim Reformu Girişimi, URL: https://www.egitimreformugirisimi.org/oyunu-ciddiye-almak/, mis en ligne le 22 Juin 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[8] Seda Nur Başpınar, “Veliler Yüz Yüze Eğitim İstiyor”, Hürriyet, URL: https://www.hurriyet.com.tr/egitim/veliler-yuz-yuze-egitim-istiyor-41869705, mis en ligne le 10 Août 2021, consulté le 27 Septembre 2021.

[9] Antoine Prost, L’enseignement s’ est-il démocratisé? Les élèves des lycées et collèges de l’agglomération d’Orléans de 1945 à 1990, Paris, PUF, 1992 ; Pierre Merle, “Le concept de démocratisation de l’institution scolaire: Une typologie et sa mise à l’épreuve”, Population, 2000, vol. 1, no 55, pp. 15-50.

[10] https://dogruveri.com/turkiyede-illere-gore-universite-sayilari/, mis en ligne le 9 Juin 2020, consulté le 27 Septembre 2021.

[11] Diken, “CHP tespiti: Öğrenci sayısı 3 milyon 800 bin, KYK yurt kapasitesi 700 bin”, mis en ligne le 21 Septembre 2021, consulté le 26 Septembre 2021, URL: https://www.diken.com.tr/chp-tespiti-ogrenci-sayisi-3-milyon-800-bin-kyk-yurt-kapasitesi-700-bin/

[12] Le terme signifie littéralement “ceux/celles qui ne peuvent se loger”. Pour la page Twitter du mouvement, voir : https://twitter.com/barinamayanlar

[13] Andreas Laupacis, “Scientific meetings damage the environment, and we should drastically curtail them”, Healthy Debate, mis en ligne le 21 Août 2019, consulté le 26 Septembre 2021, URL: https://healthydebate.ca/2019/08/topic/climate-change-scientific-meetings/

[14] Alexandra G. Ponette-González and Jarrett E. Byrnes, “Sustainable Science? Reducing the Carbon Impact of Scientific Mega-Meetings”, Ethnobiology Letters 2 (October), 2019, 65-71.

[15] TURKSTAT, Household Consumption Expenditures, Ankara, Turkish Statistical Institute.

Catégories
Hashtag du moment

“Il est temps pour vous de partir”

#GitmeVaktinizGeldi

Depuis le mois de juillet, la Turquie voit arriver à sa frontière des groupes d’Afghans se dispersant dans le pays à la recherche de sécurité et de travail. Événement mis sur le compte du retrait des forces américaines d’Afghanistan, il faut dire que c’est aussi la saison des passages et surtout des grandes récoltes. En effet, d’une part, la traversée en été est moins mortelle et, d’autre part, l’agriculture turque a besoin de cette main d’œuvre abordable – et non déclarée – pour les tâches rudes que plus personne ne veut faire. Cette réalité économique de longue date mais invisible – ou invisibilisée – a été affichée sur les réseaux sociaux avec la diffusion d’une vidéo montrant un camion s’arrêtant en pleine autoroute pour faire descendre une cinquantaine d’hommes dans les environs de Nigde en centre Anatolie. Une arrivée de main d’œuvre exploitable à bas prix qui ravive les débats sur l’immigration mais aussi, comme c’est la spécificité en Turquie, les positions des partis politiques, voire la politique étrangère du gouvernement AKP[1] (Parti de la Justice et du Développement). Saisie par les politiques, l’arrivée des Afghans, rapidement comparée à la présence des Syriens, a fait l’objet de hashtags sur les réseaux sociaux, souvent hors sujet, parfois hostiles, rarement accueillants, dont #GitmeVaktinizGeldi : « Il est temps pour vous de partir ».

  • Le lancement d’une campagne électorale sur le dos des migrants

C’est Kemal Kılıçdaroğlu, dirigeant du parti d’opposition CHP (Parti Républicain du Peuple), qui a ouvert le bal le 18 juillet en déclarant : « Je m’adresse au monde, ne me confondez pas avec Erdoğan »[2]. « Personne ne fera garder un territoire qu’il a fui par mes soldats », a-t-il prévenu, en faisant référence à la proposition turque de maintenir une présence militaire en Afghanistan pour garder l’aéroport de Kaboul alors que les Américains évacuent. « Personne ne fera de mon pays une prison ouverte pour les réfugiés », a-t-il ajouté. Et ce, après avoir affirmé quelques jours auparavant que le CHP, une fois au pouvoir, règlerait le problème syrien en deux ans. Le parti fait campagne depuis quelques années pour ramener la paix en Syrie car « personne ne peut être aussi heureux que dans son propre pays »[3]. Ayant peu de marge de manœuvre pour se positionner économiquement ou socialement, il est certainement plus aisé pour le CHP de miser sur le sujet des migrations pour faire campagne contre le parti au pouvoir, l’AKP.

Le double statut de la Turquie comme pays de transit et d’accueil, la clause géographique ne reconnaissant pas les non-européens comme réfugiés et la multiplicité des statuts administratifs pour les étrangers présents en Turquie encouragent la confusion. Ali Babacan, leader du nouveau parti DEVA, pose ainsi clairement les termes : « après les Syriens, le problème des Afghans prend vite de l’ampleur »[4]. Le glissement s’est ainsi fait assez rapidement de demander à ces deux populations de bien vouloir rentrer chez elles – on parle d’environ 170 000 Afghans et de 3,6 millions de Syriens officiellement enregistrés. Du côté de l’AKP, la répartie est médiocre : on essaye de distinguer les Syriens qui pourraient rester car ils viennent d’un pays en guerre, on rappelle que les Afghans ont aidé les Turcs pendant la guerre d’indépendance « en vendant leurs bracelets en or pour les envoyer à Atatürk » (Süleyman Soylu, ministre de l’Intérieur) mais surtout on explique que si ces gens partent l’économie turque s’effondrera (Yasin Aktay, conseiller d’Erdoğan). Ce à quoi une partie des sympathisants du CHP répondent qu’ils ne veulent pas d’un pays qui exploite les étrangers…

« Les migrants ne sont pas une campagne électorale » (« Göçmenler seçim kampanyası değildir »), a rappelé sur son compte Twitter Ravdanur Cuma, jeune avocate syrienne qui a créé sa propre fondation en Turquie. Alors que les migrants étaient habituellement présents dans le débat public à travers le discours de haine qui est regrettablement banalisé, on note l’arrivée progressive du sujet dans les campagnes électorales, c’est-à-dire une politisation. Alors que c’était anecdotique pendant les élections législatives de 2015, les dernières élections municipales ont montré que la thématique des Syriens s’affichait dans les tracts, les visuels et les programmes des partis. A double tranchant, l’hyperpolitisation de la thématique des migrants permet de mettre le sujet sur la table tout en dérapant vite sur d’autres problématiques : finalement, on parle de tout sauf des migrants. Surtout, le manque de transparence et d’information de la part du gouvernement a facilité la diffusion des légendes urbaines et des discours de haine, imposant un langage xénophobe[5].

Ainsi, le maire de Bolu, Tanju Özcan, qui s’était déjà fait remarqué pour avoir imposé des mesures discriminantes envers les Syriens, a une nouvelle fois fait preuve de zèle en annonçant qu’il allait proposer au parlement le vote d’une hausse spéciale des factures d’eau et des impôts pour les personnes d’origine étrangère (yabancı uyruklu) : « Les étrangers ne pourront pas utiliser l’eau au même prix que les Turcs », a-t-il déclaré. Il est déjà poursuivi par l’Organisation Internationale des Migrations mais la décision a fait du bruit. La rhétorique des impôts qui écrasent la population turque alors que les migrants profitent du système est assez récurrente, laissant de côté la surexploitation illégale des mêmes migrants qui ne sont pas assurés ni pris en charge.

Yasin Aktay,  un des conseillers d’Erdoğan interrogé sur la question, a tenté d’apaiser les esprits : « les invités sont toujours signes d’abondance ». Mais il a agité l’opposition en relançant la polémique sur  la faim, précisant que ceux qui ont vraiment faim ne le disent pas : « ceux qui disent qu’ils ont faim, généralement, ce sont ceux qui organisent l’exploitation »[6]. C’est bien sûr la crise économique qui exacerbe les prises de position et fait le lit des discours populistes, qu’on retrouve du côté de l’opposition surtout, qui se saisit régulièrement du sujet des migrants, syriens notamment, pour dénoncer les politiques de l’AKP.

  • Afghans et Syriens : figures d’un prolétariat invisibilisé

Des chercheurs s’échinent à rappeler la durée du conflit. La situation des Afghans est à traiter d’urgence au niveau international, avec un pays reconnu comme sûr alors que les bombes continuent d’exploser et que le pays a été mis à feu et à sang par quarante ans de guerre. Ainsi, comme aime à le rappeler le chercheur Emre Eren Korkmaz interrogé par Medyascope, les Afghans en Turquie c’est « une affaire de 40 ans »[7]. Passant par l’Iran ou le Pakistan, ils arrivent en Turquie comme pays de transit mais, les routes se fermant, certains attendent une dizaine d’années avec plusieurs tentatives de rejoindre l’Europe au compteur. En attendant, ils travaillent, hommes à tout faire et à tout transporter dans les grandes villes, ou bergers dans les campagnes d’Anatolie : on apprécie leur docilité mais on  leur reproche leur mobilité extrême, qui est en fait une mobilité subie et imposée par une précarité multidimensionnelle. En Turquie, les Afghans sont comme des « fantômes », sans papier ni existence administrative, avec leur corps comme seul capital pour effectuer les travaux les plus physiques[8].

De fait, dans le champ des migrations en Turquie, la thématique des migrations est de plus en plus approchée en termes de classes et de rapport d’exploitation. « En fait, le sujet c’est les classes moyennes, qu’est-ce qu’elles font comme travail, les pauvres, quel travail ils font, où est-ce qu’ils vivent, parce que le sujet des réfugiés syriens ici, comme dans toute la Turquie, c’est le sujet de la rencontre des pauvres », explique le chercheur Nuri Gültekin[9]. Dans les entretiens[10], on retrouve souvent l’argument des « Syriens pauvres » qui sont restés dans les villes de l’est alors que les riches ont pu partir en Europe, choisis par les Européens. Cette thématique de l’exploitation corrélée à une vulnérabilisation encouragée par l’absence d’un statut clair fait écho aux écrits de Grégoire Chamayou[11]. Il évoque cette combinaison entre l’exclusion légale et l’inclusion dans les rapports d’exploitation, le tout dans un contexte de politiques de traque et d’insécurisation. Or, on observe en Turquie l’évolution d’une politique migratoire axée depuis le début sur le retour des Syriens, avec comme point culminant les campagnes municipales de 2019 puis l’ouverture des frontières en février 2020, événements corrélés aux opérations militaires menées par la Turquie en territoire syrien. D’autant plus que la politique migratoire s’est construite avec l’arrivée des Syriens, elle s’est donc fabriquée dans l’urgence et est encore jeune, laissant une grande partie des autres nationalités dans l’ombre, vulnérables et exploitables à souhait. « Les chasses xénophobes sont des chasses de mise en concurrence salariale, si le capitalisme n’a pas inventé la violence xénophobe, il l’a branchée sur les puissantes dynamiques inter-prédatrices qui sont les siennes », écrit Grégoire Chamayou dans son ouvrage intitulé Les chasses à l’homme.

  • Une politique migratoire classique : externalisation et sécurité nationale

Un autre maire s’est une nouvelle fois fait remarquer à cette occasion, Lütfü Kirdar, maire de Hatay. Alors qu’il avait déjà fait l’actualité en agitant le spectre du sandjak d’Alexandrette affirmant que si un référendum était organisé dans 10 ans, les Syriens voteraient pour le rattachement de Hatay à la Syrie. Ces derniers jours, il a rappelé aux médias ses préoccupations en déclarant : « si des Syriens se présentaient aux élections municipales dans certaines villes, ils gagneraient ». D’une part, on relève la question du vote et de l’éligibilité des Syriens qui revient  régulièrement dans les discours depuis 2016 notamment et le discours sur la naturalisation prononcé par le président Erdogan à Kilis. D’autre part, c’est le thème de la « beka » qui est brandi ici, la survie de l’État turc, appelant une protection des frontières et notamment de la région de Hatay, qui serait particulièrement exposée aux velléités syriennes dans les imaginaires.

Alors que faire? Des opérations militaires de l’autre côté de la frontière pour créer des zones tampon et organiser le « retour » des Syriens, accélérer la construction des murs, le tri des entrants. Car dans un contexte de guerre, « tu ne demandes pas la carte d’identité, c’est une déclaration sur l’honneur. On a essayé de trier, et quand il y avait des erreurs, les services turcs s’en occupaient sur le champ », se défend un employé de l’AFAD. L’agence, chargée de gérer les catastrophes et les tremblements de terre, a été créée en 2009 et a assumé la prise en charge des arrivées et l’organisation des camps dès 2011. Maintenant, « c’est la sécurité de la nation qui doit primer : s’il y a un incendie, tu protèges d’abord ton enfant avant celui des voisins », m’explique une politicienne ayant participé aux négociations avec l’Union européenne[12]. « Tout ça, c’est la faute de la politique de la porte ouverte, il y a le côté humanitaire mais il y a aussi la sécurité », ajoute-t-elle.

Alors que les médias estiment les arrivées d’Afghans à 1000-1500 par jour, le barreau de Van rappelle qu’il est impossible de compter les entrées à cette frontière de plus de 500 km[13]. Pour pouvoir mieux compter et trier, la construction des frontières va bon train, non seulement du côté syrien mais aussi du côté iranien. En attendant, bien que la fausse mise à l’agenda de l’immigration et des migrations en Turquie soit l’occasion d’un déversement de haine et de d’ignorance, c’est aussi une fenêtre d’opportunité, une aubaine pour les chercheurs et académiciens sur le terrain pour se faire entendre et rendre publiques leurs analyses et observations. Saisissons-là !

Solène Poyraz


[1] Au même moment, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la Turquie avait des points communs avec le programme des Taliban.

[2] https://www.sozcu.com.tr/2021/gundem/kilicdaroglu-dunyaya-seslendi-beni-erdoganla-karistirmayin-6545707/

[3] Slogan présent dans les tracts du CHP en 2019.

[4] https://www.amerikaninsesi.com/a/suriyeliler-den-sonra-afganlar-sorunu-h%C4%B1zla-buyuyor-/5963004.html

[5] Kemal Vural Tarlan, “Türkiye’nin göç politikalari : Mevcut Durum ve Gelecek”, 3 août 2021, Birikim, https://birikimdergisi.com/guncel/10682/turkiyenin-goc-politikalari-mevcut-durum-ve-gelecek

[6] Pour relire notre article sur le hashtag #painsec : https://ayak.hypotheses.org/112. Vous pouvez aussi écouter le podcast sur le sujet : https://ayak.hypotheses.org/category/actualites/podcasts.

[7] Engin Deniz Ipek, « Emre Eren Korkmaz : Les migrants venant d’Afghanistan se rendant en Turquie, actualité de la crise des migrants et nouvelles approches », Medyascope, 20 juillet 2021.  https://www.pscp.tv/w/1ZkKzebbDbWxv

[8] Pour lire le rapport sur les Afghans à Istanbul réalisé par les chercheurs de l’association GAR, sous la direction de Didem Danis et Deniz Sert (disponible en turc et en anglais)  https://www.gocarastirmalaridernegi.org/tr/istanbul-un-hayaletleri-guvencesizligin-kiyisinda-afganlar/192-istanbul-un-hayaletleri-guvencesizligin-kiyisinda-afganlar-raporu-yayinlandi

[9] Entretien à l’université de Gaziantep, mars 2021.

[10] Enquête de terrain réalisée à Gaziantep et Hatay, mars 2021.

[11] Grégoire Chamayou, Les chasses à l’homme, La fabrique, 2010.

[12] Entretien à Ankara, juin 2021.

[13] https://www.bbc.com/turkce/haberler-turkiye-57913874

Catégories
Hashtag du moment

“Pain sec”

#Kuruekmek

« Kuru ekmek yiyen aç değildir », celui qui mange du pain sec n’a pas vraiment faim, a répondu le député AKP Şahin Tin lorsque le responsable du groupe parlementaire CHP Engin Altay expliquait que « les gens avaient faim » et qu’ils n’avaient que du pain sec à se mettre sous la dent, lors d’une session parlementaire en décembre 2020.

Ces échanges ont eu lieu lors des négociations pour le vote du budget 2021, un moment propice pour regagner en légitimité pour les partis qui se veulent représentants du « peuple » (halk). Alors que le parti au pouvoir, l’AKP, se revendiquait comme représentant du peuple d’Anatolie, on note un retour de la gauche, notamment travailliste, avec un discours axé sur cette partie de la population qui suffoque économiquement. L’altercation a permis de pointer les processus d’appauvrissement et de précarisation en Turquie, exacerbés par la crise économique et la période de pandémie mondiale. L’occasion pour les syndicats de rappeler que le pays compte environ 16 millions de pauvres et que 18 millions de personnes vivent avec le risque de tomber dans la pauvreté.

Peu après cette polémique, des journalistes ont rendu public le fait que le député en question faisait facturer ses repas à la mairie. Une facture de consommation de kebab a ainsi été diffusée dans les réseaux sociaux. Mais la divulgation de cette information a fait l’objet d’une amende et le document a finalement été retiré des réseaux par les autorités. Ces événements sont pour nous l’occasion de revenir sur l’état d’étouffement économique de la société en Turquie, et l’augmentation du contingent des personnes « qui ne peuvent plus subsister » (geçinemeyenler), notamment à Istanbul. 

  • Des « gaffes » qui exaspèrent…

« Les amis, ne sursautez pas quand on vous dit que les gens ont faim, c’est le cas, ils ont faim, ils vivent dans la misère. Certes, chacun trouve quelque chose à se mettre sous la dent. Du pain sec ! » s’est exclamé le député CHP Engin Altay, ce à quoi le député AKP a répondu : « donc ils n’ont pas vraiment faim ».

Cet épisode intervient après une autre déclaration quelque peu déplacée de la ministre de la famille, du travail et des services sociaux, Zehra Zümrüt Selçuk, qui a expliqué sur un plateau télévision que l’ère de la pauvreté était révolue en Turquie. « La pauvreté, notamment la grande pauvreté, telle qu’elle est décrite dans les documents internationaux, n’est plus un problème en Turquie. Plus encore, nous sommes en train de partager la prospérité et nous sommes attachés à une aide sociale qui cible nos citoyens en situation d’urgence dans cette période[1] », a-t-elle déclaré.

Tout autant de « gaffes », c’est d’ailleurs le terme utilisé en turc (gaf) – presque dans un sens de lapsus révélateur – qui excèdent une population déjà lassée des difficultés de son quotidien et qui se heurtent à ces effets d’annonce politiques.

Une autre gaffe en rapport aux évolutions du cours du dollar avait choqué l’opinion publique cet été. Un cours du dollar qui pèse sur le pouvoir d’achat des individus et des familles depuis quelques années maintenant. Cette fois, c’est le ministre du Trésor et des Finances – et gendre du président – Berat Albayrak, qui était interrogé lors d’une émission de télévision. A une question sur l’état de l’économie turque, il avait rétorqué : « vous recevez votre salaire en dollars, vous ? Vous avez des dettes en dollars ? Vous avez quoi que ce soit en lien avec le dollar ? »[2]. Une réaction absurde de la part du ministre qui semble ignorer les effets concrets que les variations du taux de change peuvent avoir sur le quotidien des individus. Cela lui avait valu une pluie de critiques lui reprochant d’être totalement déconnecté (kopuk) de la réalité. Finalement, il a démissionné pour des raisons de santé quelques mois plus tard, en novembre 2020.

Plus précisément, cela nous amène à nous interroger sur le langage politique utilisé et les problèmes de communication de certaines personnalités politiques. L’article du journal d’opposition et pro-kémaliste Sözcü, qui profite de cet épisode malheureux pour rappeler d’autres gaffes d’hommes politiques, rappelle à cette occasion le discours du ministre du travail et de la sécurité sociale Ömer Dinçer en 2010. A Zonguldak, après une explosion qui avait causé la mort de 30 mineurs, il avait dit qu’ils n’avaient pas souffert, qu’ils avaient eu une « belle mort » (güzel öldüler)[3].

Mépris de classe ? Mauvaise préparation à la communication politique ?[4] Dans tous les cas, ces répliques agacent et blessent une société qui est à bout économiquement parlant.

  • …une société au “bord de la faim” (“Açlık sınırı”)

L’occasion pour nous de rappeler quelques chiffres. En Turquie, le taux de chômage est de 12,7% (septembre 2020). Entre septembre 2019 et septembre 2020, le taux de chômage a baissé de 1,1 point et l’Institution des Statistiques de Turquie comptait 4, 16 millions de chômeurs en septembre 2020[5]. Une baisse des statistiques qui ne reflète pas la situation des foyers précarisés ou qui ont basculé dans la pauvreté, étouffés par les crédits, l’inflation de tous les biens de première nécessité (eau, électricité, gaz) et vivant d’activités effectuées au jour le jour, sans possibilité de faire de projets pour le lendemain.

Les citadins sont les premières victimes de la situation économique, parfois même obligés de quitter la ville pour aller (ou retourner) s’installer en campagne. C’est notamment le cas pour la ville d’Istanbul qui fait état d’une « vulnérabilité multi-dimensionnelle »[6]. On observe d’ailleurs un exode urbain relatif depuis 2018 du fait d’une dégradation importante de la qualité de vie (pollution, grignotement des espaces verts, exploitation irrationnelle des ressources) et une insécurité alimentaire croissante. C’est d’ailleurs le sujet d’un épisode de « Geçinemeyenler » (ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts), une série de reportages réalisée par BBC News Türkçe qui met en avant différents profils de personnes et familles qui n’arrivent plus à finir le mois. « J’ai été obligé de renvoyer ma famille au village », explique l’enquêté de l’épisode 5[7].  

Quand ce n’est pas l’exode inversé, c’est la tentation du suicide. On a ainsi observé une vague de suicides que l’on pourrait qualifier d’ « économiques » depuis deux ans en Turquie, des pères de famille qui n’arrivent plus à assumer la charge d’un crédit ou à « acheter un pantalon » à leurs enfants. Avant la pandémie, les chiffres avaient déjà augmenté de 245 en 2018 à 321 en 2019[8]. En février 2020, un homme s’était rendu devant la préfecture de Hatay (ville du sud-est de la Turquie). Il s’est immolé après avoir crié « mes enfants ont faim, je veux un travail, vous ne comprenez pas ?! ».

Il faut dire que le système instauré de crédits sans fin n’aide pas. La presse qualifiée de gauche (Evrensel, Birgün,…) pointe du doigt les longues files d’attente devant les bâtiments de service d’impôts ces derniers mois[9]. Cette année, le nombre de personnes endetté envers leur banque a augmenté de plus de 2 millions, faisant un total de 33,6 millions de personnes en situation d’endettement.  En octobre, on comptait 3 millions de personnes qui ont eu affaire à l’huissier pour cause de non-remboursement dans les 5 dernières années (cartes de crédit et crédits à la consommation).

Le rapport réalisé par la confédération des syndicats des travailleurs de Turquie, Türk-İş, publié en décembre 2020, démontre que le seuil de la faim est fixé à 2 592 TL et le seuil de pauvreté à 8 436[10]. Ainsi, pour une famille de 4 personnes, il a été calculé que 8 436 TL étaient nécessaires pour pouvoir subvenir aux besoins autres qu’alimentaires. Le rapport fait état d’une augmentation des prix de 16% sur l’année en moyenne. Cela alors que le salaire minimum pour 2021 a été fixé à 2 825, 90 TL.  

Des discours donc qui peuvent irriter une grande partie de la population qui a vu son niveau de vie se dégrader, ou qui a même plongé dans la précarité voire la pauvreté. Une situation qui expliquerait l’engouement que le discours du député TIP (Parti des Travailleurs de Turquie) de Hatay, Barış Atay, en décembre 2020, a pu provoquer sur les réseaux sociaux.

Nous avons traduit une partie de son discours ici[11] :

« En cette période de discussions sur le budget, on voit bien qu’il ne s’agit pas du budget du peuple qui doit se contenter de 39 Tl[12] par jour mais qu’on parle bien ici du budget du capital. Ce budget, durant la période de la pandémie, ce n’est pas celui du personnel de santé qui a perdu des proches et des collègues tous les jours en ne mangeant qu’un bout de pain avec du fromage, c’est le budget du ministre de la Santé, le patron de l’hôpital, qui nous a menti avec ses tableaux. Ce budget ce n’est pas celui des gens qui ont dû attendre dans une file de 2 km pour avoir du pain et de la soupe alors qu’on est en 2020, c’est celui des ministres qui disent que si les gens ont du pain sec c’est qu’ils n’ont pas vraiment faim. Ce budget n’est pas celui des jeunes pauvres qui en cherchant des possibilités d’étudier tombent dans les mains des sectes et des confréries, où ils sont victimes d’agression et meurent dans des incendies, c’est le budget des sectes, des confréries et du ministre de l’Éducation qui possède des écoles privées. Ce budget n’est pas celui des étudiants de l’université, c’est celui des académiciens qui accusent les universités d’être des lieux de prostitution. (…) Ce budget n’est pas celui d’un enfant de 9 ans obligé de vendre sur un petit stand et qui se fait tabasser par les policiers, c’est celui d’un maire qui a décidé de faire un parc de dinosaures à 750 millions de dollars pour se rappeler son enfance. (…) Ce budget n’est pas celui du père de famille qui a tenté de se suicider en se jetant du pont parce qu’il était obligé de vivre dans sa voiture et qui a reçu une amende pendant le confinement, c’est le budget des patrons de holding qui ont pu faire du sport dans leur maison au bord du Bosphore (…)».

Et de finir, « Je ne fais pas appel à votre conscience, je sais que vous n’en avez pas ».

Solène Poyraz

Retrouvez l’article sous forme de podcast, ici: avec Timour Öztürk


[1] Haber Merkezi, « ‘Türkiye’de yoksulluk yok’ açıklamasına yanıt : Mutlaka kaybedeceksiniz ! », Sol, 12 décembre 2020. https://sol.org.tr/haber/turkiyede-yoksulluk-yok-aciklamasina-yanit-mutlaka-kaybedeceksiniz-21400

[2]  “Dolarla mı maaş alıyorsunuz? Dolar borcunuz mu var? Dolarla bir işiniz var mı?”, dans « Kuru ekmek tartışmasının hatırlattığı 6 olay », Sözcü, 18 décembre 2020.

[3] Ibid.

[4] Les discours des hommes politiques, leurs gaffes verbales, et plus généralement l’emploi d’un mauvais turc font d’ailleurs l’objet d’un livre qui a déchaîné les critiques et qui a été édité une cinquantaine de fois depuis 1997 : Türkçe « off », de Feyza Hepçilingirler.

[5] https://www.aa.com.tr/tr/info/infografik/21235

[6] Jean-François Pérouse, Agathe Fautras, Filiz Hervet, « Le nouvel Istanbul : dimensions, dynamiques et vulnérabilités », Historiens & Géographes, N°450 Dossier Turquie, Mai 2020.

[7] https://www.youtube.com/watch?v=jU36LdLNoIQ

[8] Gamze Bal, Kübra Köklü, « Geçim sikintisi, 2012’den beri her yil 3 bini askin yurttasi intihara sürüklüyor » (« Depuis 2012, les problèmes de subsistance mènent chaque année 3000 citoyens au suicide »), Cumhuriyet, 23 octobre 2020. https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/gecim-sikintisi-2012den-beri-her-yil-3-bini-askin-yurttasi-intihara-surukluyor-1775409

[9] Meltem Akyol, « Borç kuyruklarindaki yurttaslar : Haciz gelsin, zaten alabileceği bir şeyim yok » (« Les citoyens dans les queues des dettes : que le huissier vienne, de toute façon il n’y a plus rien à prendre »), Evrensel, 12 décembre 2020. https://www.evrensel.net/haber/420933/borc-kuyruklarindaki-yurttaslar-haciz-gelsin-zaten-alabilecegi-bir-seyim-yok

[10] http://www.turkis.org.tr/default.asp

[11] https://www.youtube.com/watch?v=HFoO5y5chsw

[12] En avril 2020, il a été annoncé que les licenciements étaient interdits mais que les employeurs pouvaient imposer à leurs employés un congé sans solde de longue durée. Durant ce congé, il a été décidé qu’il leur serait versé 39 TL par jour, pour un total de 1177 par mois. Une annonce qui a choqué et provoqué de vives réactions. https://t24.com.tr/yazarlar/mehmet-tezkan/39-lira-bu-iktidari-bitirecek,26237

Catégories
Hashtag du moment

“Les voisins d’abord”

#Neighborsfirst

Le 15 décembre 2020, le ministre des Affaires étrangères iranien, Mohammad Javad Zarif, condamne les sanctions américaines contre la Turquie sur son compte Twitter à l’aide du hashtag #Neighborsfirst.

What kind of alliance is this? [1]

Annoncées en début de semaine, ces sanctions visent le Sous-secrétariat à l’industrie de défense (SSB[2]) : elles interdisent l’attribution de nouveau permis d’exportations d’armes au SSB et sanctionnent financièrement son président, Ismail Demir. Ce dernier et trois autres membres de l’agence sont désormais interdits d’entrée sur le territoire américain. Prises dans le cadre de la loi CAATSA [Countering America’s Adversaries Through Sanctions Act], ces sanctions matérialisent l’opposition des États-Unis à l’achat par la Turquie du système de défense anti-missile russe S-400[3]. Au-delà de leur portée symbolique et de leur fonction de représailles, elles risquent concrètement de peser sur la maintenance d’équipements militaires turcs[4].

La Turquie a qualifié l’attitude américaine d’« irrespectueuse[5] », pointant du doigt l’aberration d’utiliser la loi CAATSA pour la première fois contre un allié de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord : “What kind of alliance is this?” s’est exclamé le président turc. En plus de creuser les failles préexistantes au sein de l’Alliance transatlantique, ces sanctions font écho à celles imposées quelques jours plus tôt par l’Union européenne pour réprimer les activités de forage de la Turquie en Méditerranée orientale, donnant l’impression d’un front occidental uni pour faire pression sur Ankara. Dans ce contexte, la réaction de soutien de l’Iran apparaît comme presque naturelle.

La crise du poème

Et pourtant, cette marque de soutien arrive seulement quelques jours après la « crise du poème » ayant affecté les relations turco-iraniennes. En effet, à l’occasion de la parade militaire organisée à Bakou le 10 décembre pour célébrer la « victoire » de l’Azerbaïdjan sur l’Arménie, le président turc, aux côtés de son homologue azerbaïdjanais, Ilham Aliyev, a récité un poème de Bahtiyar Vahapzade intitulé « La terre ne se partage pas » [Topraktan pay olmaz]. Évoquant la division du peuple azéri de part et d’autre de la rivière Araxe, le choix du poème a été perçu à Téhéran comme une dangereuse provocation, de nombreuses personnalités politiques ayant fermement condamné les propos du président turc[6]. Parmi elles, Mohammad Javad Zarif, a interrogé de manière rhétorique le président turc sur son compte Twitter : « Réalise-t-il qu’il est en train de remettre en question la souveraineté de l’Azerbaïdjan ? PERSONNE ne peut parler de NOTRE Azerbaïdjan bien aimé[7] ». Ravivant le spectre d’un irrédentisme azéri, Téhéran n’a pas apprécié le double sens que pouvait prendre ce poème lu depuis Bakou et s’est sentie menacée dans son intégrité territoriale.

Les voisins ou « moi d’abord » ?

Comme dans la plupart des cas, la Turquie et l’Iran ont rapidement désamorcé la crise du poème à l’aide des canaux diplomatiques classiques : après avoir exprimé son mécontentement auprès de l’ambassadeur turc en Iran, Derya Örs, Mevlüt Çavuşoğlu et son homologue Mohammad Javad Zarif se sont entretenus par téléphone pour clarifier leurs intentions[8]. Si le président Rohani a appelé les deux parties à prêter une attention particulière à leur discours en amont et en aval[9] pour que l’incident ne fasse pas tâche d’huile, le tweet de soutien face aux sanctions américaines vient suggérer que le dossier est bien clos. Il illustre par ailleurs une autre constante des relations turco-iraniennes : les deux puissances régionales sont toujours promptes à s’afficher unies face à l’impérialisme des vieilles puissances occidentales.

Derrière cet apaisement se cache toutefois une sourde compétition régionale[10], avec notamment la potentialité d’un nouveau corridor reliant directement la province enclavée du Nakhchivan à Bakou[11]. Cette nouvelle route offrirait à la Turquie un accès à la mer Caspienne, sans passer ni par la Géorgie, ni par l’Iran[12]. Elle pourrait devenir un bras des nouvelles routes de la soie chinoises, en plus d’être doublée de la construction d’un nouveau pipeline faisant concurrence à celui qui relie Tabriz à Ankara[13].

Pour plus de précisions, se référer aux deux articles de Jean-Paul Burdy :

Burdy, Jean-Paul. « En déclamant à Bakou un poème attribué au nationaliste azerbaïdjanais Bahtiyar Vahabzade (1925-2009) sur la rivière Araxe et la division du peuple azéri, le président turc R.T. Erdoğan provoque la colère de Téhéran ». Questions d’Orient – Questions d’Occident (blog), 12 décembre 2020. https://questionsorientoccident.blog/2020/12/12/en-declamant-a-bakou-un-poeme-du-nationaliste-bahtiyar-vahapzade-1925-2009-sur-le-fleuve-araxe-le-president-turc-r-t-erdogan-provoque-la-colere-de-teheran/.

Burdy, Jean-Paul. « Après la victoire de l’Azerbaïdjan sur l’Arménie, le « corridor stratégique de l’Araxe » mènera-t-il la Turquie « jusqu’aux rivages du Pacifique » via la Route de la soie chinoise ? » Questions d’Orient – Questions d’Occident (blog), 13 décembre 2020. https://questionsorientoccident.blog/2020/12/14/apres-la-victoire-de-lazerbaidjan-sur-larmenie-le-corridor-strategique-de-laraxe-menera-t-il-la-turquie-jusquaux-rivages-du-pacifique-via/. Elik, Suleyman. Iran-Turkey Relations, 1979-2011: Conceptualising the Dynamics of Politics, Religion and Security in Middle-Power States, 2013. https://books.openedition.org/ifeagd/3128

Johanna Ollier


[1] Déclaration du Président Erdoğan le 16 décembre 2020. Voir : https://www.dailysabah.com/politics/diplomacy/erdogan-questions-us-nato-alliance-with-turkey-condemns-sanctions-over-s-400s

[2] Savunma Sanayii Başkanlığı.

[3] Après plusieurs négociations depuis 2017, les premiers éléments de ce système de défense anti-missile ont finalement été livrés à la Turquie au cours de l’été 2019. En guise de pénalité, la Turquie a été exclue du programme de fabrication des avions de combat américain F-35.

[4] Notamment via les normes américaines ITAR [International Traffic in Arms Regulations] pour le domaine de l’armement. Ces normes constituent un ensemble de règlementations qui s’appliquent aux produits incorporant des composants d’origine américaines. A l’échelle de la Turquie, elles s’appliquent par exemple pour les avions de combat F-16. Voir : http://www.opex360.com/2020/12/15/les-sanctions-americaines-contre-ankara-risquent-de-porter-un-coup-severe-aux-capacites-militaires-turques/

[5] Erdogan : “L’approbation de la loi CAATSA contre la Turquie relève d’irrespect”

[6] Le think tank turc sur les études iraniennes, IRAM, a publié le 15 décembre 2020 une infographie rassemblant un florilège de déclarations.

[7] Cf compte Twitter de Mohammad Javad Zarif, posté le 11 décembre 2020. Il fait ici référence aux provinces iraniennes de l’Azerbaïdjan occidental et surtout oriental, principalement peuplé d’Azéris. Historiquement, le traité de Turkmenchay signé en 1828 à l’issue d’une guerre russo-persane divise le peuple azerbaïdjanais de part et d’autre de l’Araxe.  

NB : sous ce post twitter, de nombreux commentaires font état d’anciennes cartes des empires, perse et ottoman, pour montrer qui a le plus de légitimité historique sur le territoire de l’Azerbaïdjan.

[8] https://www.aa.com.tr/en/turkey/top-turkish-diplomat-slams-iran-s-baseless-statements-/2074925

[9] « Konuşmasının öncesi ve sonrasına da dikkat etmeliyiz » : https://www.aa.com.tr/tr/dunya/ruhani-erdoganin-iranin-toprak-butunlugune-hakaret-kasti-tasimasini-uzak-ihtimal-olarak-goruyorum/2076342

[10] https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/12/turkey-iran-tensions-erdogan-azerbaijan-arrests-drug-baron.html

[11] https://www.dailysabah.com/politics/news-analysis/nakhchivan-corridor-to-provide-new-opportunities-increase-regional-cooperation-experts-say

[12] Néanmoins, une petite portion de la route passe nécessairement par l’Arménie, ce qui pose la question de sa gouvernance.

[13] Un memorandum of understanding (MoU) pour la construction du pipeline Turquie-Nakhchivan a été signé le 15 décembre 2020 entre le ministre de l’énergie, Fatih Dönmez et son homologue azerbaïdjanais Parviz Shahbazov.

Catégories
Hashtag du moment

“Non au racisme”

#Notoracism

Dans la nuit du 8 au 9 décembre 2020, les réseaux sociaux turcs ont vu déferler le hashtag #Notoracism, cette fois-ci en anglais, en réponse aux événements qui ont eu lieu lors du match qui opposait l’équipe turque de Medipol Başakşehir au club français du Paris Saint Germain mardi soir. Les deux équipes s’affrontaient dans le cadre de la Ligue des Champions lorsqu’à la 14ème minute, Pierre Webo, entraîneur-adjoint de l’équipe de Başakşehir a réagi à des propos racistes qui lui auraient été adressés par le 4ème arbitre. Cet événement s’inscrit dans la lignée d’autres dénonciations médiatisées dans le monde du sport en solidarité avec le mouvement Black Lives Matter tout en rappelant certains enjeux propres au contexte turc.

Après l’annonce d’un carton rouge, le coin des techniciens de l’équipe de Başakşehir s’est agité et c’est à ce moment que les propos racistes ont été tenus à l’encontre de Pierre Webo, évoquant « un homme noir ». Suite à la dénonciation, les joueurs se sont retirés dans les vestiaires et l’équipe de Başakşehir a finalement décidé de ne pas jouer le match. L’explication officielle est la suivante : « Il a été décidé que nos joueurs ne reviendraient pas sur la pelouse en raison du comportement raciste du 4ème arbitre Sebastian Coltescu à l’égard de notre entraîneur-adjoint, Pierre Webo, lors du match contre Paris Saint Germain »[1]. Le PSG s’est également montré solidaire et l’UEFA, d’abord réticente, a finalement annoncé que le match reprendrait le lendemain là où il avait été interrompu.

Depuis, en Turquie, les messages de soutien déferlent. Le président Recep Tayyıp Erdoğan, proche de l’équipe de Başakşehir[2], a condamné les paroles racistes et appelé l’UEFA à prendre les mesures nécessaires. Le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Çavuşoğlu, ainsi que le porte-parole du président, Ibrahim Kalın, ont partagé leur soutien à Webo et dénoncé un crime contre l’humanité. Sur la toile, le hashtag en anglais #notoracism est repris, souvent accompagné d’une citation du prophète Mohammed : « il n’y a pas de supériorité du blanc sur le noir ou du noir sur le blanc. La supériorité se situe dans la piété »[3]. Quelques tweets tiennent à rappeler que le racisme est un « produit de l’occident »: « le racisme est une maladie incurable de l’occident » souligne ainsi Ibrahim Karagül, éditeur en chef du journal d’extrême-droite Yeni Şafak. Certains internautes ne ratent pas l’occasion d’interpeller Macron et la France qui, selon eux, auraient à apprendre du président turc en termes de lutte antiraciste.

L’autocritique fait cependant rapidement son apparition dans le fil d’actualité lorsque certains rappellent les faits de racisme qui ont eu lieu dans le monde du ballon rond en Turquie ces dernières années. Certains reviennent sur les propos racistes prononcés contre le joueur Didier Zokora en 2013 ou lorsque les supporters de l’équipe de Fenerbahçe avaient agité des bananes en direction de Didier Drogba dans le stade de Kadıkoy, à Istanbul. Ces faits ponctuels sont rarement mobilisés pour s’interroger sur les représentations des Noirs en Turquie. Notons qu’une réflexion s’impose progressivement pour privilégier l’usage du terme « siyahi » (Noir) à celui de « zenci » (négro). Mais comme le lexique, l’image des Noirs est imprégnée à la fois de clichés anciens et historiquement inscrits dans l’imaginaire (prostitution, colonies, esclavage sous l’empire ottoman[4]) et des nouveaux clichés véhiculés autour des récentes vagues de migration (les vendeurs de montre et de ceinture et la fameuse figure du footballeur). Dans un article présentant l’ouvrage de la sociologue Dogus Simsek sur les migrants africains d’Istanbul, on souligne le « racisme rampant » qui reste une réalité dans le quotidien des Africains à Istanbul, précisant que les femmes sont souvent exposées à des agressions ou harcèlements sexuels de la part de leurs employés ou entourage. Dans cet ouvrage intitulé çabuk çabuk (« plus vite, plus vite »), en référence aux premiers mots appris par les Africains car leurs patrons veulent qu’ils travaillent plus vite, il est d’ailleurs précisé que le football et le milieu du divertissement culturel sont vus comme des voies de sortie permettant d’accéder à des salaires plus élevés et à de meilleures conditions de vie[5].

Ce récent événement présente une nouvelle occasion de s’interroger sur la réappropriation et la politisation de la lutte antiraciste par le gouvernement turc qui saisit l’objet pour renvoyer une certaine image des États-Unis et des pays européens, visant plus particulièrement la France. On attirera ici l’attention sur le choix de l’anglais pour ce hashtag, permettant d’inscrire la Turquie dans le mouvement Black Lives Matter tout en s’épargnant toute réflexion sur l’existence d’un racisme made in Turkey. Car même en dénonçant le racisme anti-Noirs, certains arrivent à raviver leur haine anti-kurde : « A mes yeux, les personnes racistes sont aussi méprisables que les Kurdes #BlackLivesMatter », argue un internaute. Ces hashtags semblent donc présenter l’occasion de combattre certains racismes en en encourageant d’autres. L’équipe de Diyarbakir, Amedspor, a d’ailleurs saisi son clavier pour attirer l’attention sur les faits de racisme que ses joueurs vivent régulièrement parce qu’ils sont Kurdes. Sur son compte officiel, elle a rappelé qu’elle était « l’équipe la plus discriminée de tout le pays ». Leurs tweets précisaient qu’Amedspor  était solidaire de Pierre Webo et non de Başakşehir qui a elle-même fait preuve de racisme à l’encontre de l’équipe kurde[6] il n’y a pas si longtemps.

Une réflexion en chantier donc, qui a été prise à bras le corps par l’association stambouliote BoMoVu qui propose des séminaires, des rapports ainsi que des activités développant une approche du sport et du corps en mouvement dans l’objectif d’un renforcement social. Revendiquant des libertés et des droits corporels[7] et un accès au sport pour toutes et tous, l’association se penche sur tous les types de discriminations dans le monde du sport.

Pour aller plus loin :

Laurent Mouloud, « Lutte antiraciste : l’importance des gestes symboliques », L’Humanité, jeudi 10 décembre 2020. https://www.humanite.fr/lutte-antiraciste-limportance-des-gestes-symboliques-697445

Pascal Bonniface, « Le sport : une fonction géopolitique », Revue Défense Nationale, 2017/5, N°800, pages 134-138.

Solène Poyraz


[1] Haber merkezi, “Basaksehir’in sampiyonlar ligi karsilasmasinda irkçilik skandali”, T24, 8 décembre 2020.  https://t24.com.tr/haber/basaksehirin-sampiyonlar-ligi-karsilasmasinda-irkcilik-skandali,919539

[2] Romain Houeix, « Football : le Basaksehir, un champion de Turquie qui doit beaucoup à Erdogan », France 24, 20 juillet 2020, https://www.france24.com/fr/20200720-football-turquie-basaksehir-champion-erdogan-akp-istanbul

[3] « Beyazin siyaha ; siyahin beyaza ustunlugu yoktur. Ustunluk ancak takvadadir » (vu sur Twitter mercredi 9 décembre 2020).

[4] Aylan Jean Yackley, « Afro-Turks join global outcry over George Floyd killing », Al Monitor, 23 juin 2020. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2020/06/turkey-united-states-afro-turks-join-outcry-george-floyd.html

[5] Paul Benjamin Osterlund, “Istanbul’s African community squeezed between small jobs, huge discrimination”,  Al Monitor, 26 mai 2019. https://www.al-monitor.com/pulse/originals/2019/05/how-turkeys-african-migrants-get-stuck-in-quick-jobs.html

[6] Anka, Amedspor: bize irkçilik yapan Basaksehirin degil webonun yanindayiz”, Cumhuriyet, mercredi 9 décembre 2020. https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/amedspor-bize-irkcilik-yapan-basaksehirin-degil-webonun-yanindayiz-1797330

[7] Association créée en 2013. Pour plus de détails : http://bomovu.org/

Catégories
Hashtag du moment

“La Convention d’Istanbul sauve des vies”

#istanbulsozlesmesiyasatir

Cri de ralliement du mouvement des femmes en Turquie, le hashtag #istanbulsozlemesiyasatir (la Convention d’Istanbul sauve des vies), sonne comme une affirmation à volonté performative qui contraste avec l’ampleur des violences de genre en Turquie. Depuis l’annonce en juillet 2020 d’un possible retrait de la Turquie, pour l’instant abandonné, les discussions autour de la Convention d’Istanbul (1) servent à première vue à renforcer les antagonismes politiques : symbole d’une ingérence étrangère pour les uns, révélatrice de l’insuffisance de l’action de l’État en matière de lutte contre les violences à l’égard des femmes, voire d’un repli sur des valeurs conservatrices, pour les autres. Le mouvement des femmes en Turquie semble s’être approprié cette convention internationale, à la fois symbole d’une victoire, outils pour mettre l’État devant ses responsabilités, et source de légitimation internationale. Cependant, l’enjeu principal se situe peut être davantage dans l’interprétation de ce texte, dont la portée politique risque d’être minimisée.

Symbole d’une lutte victorieuse

Le mouvement féministe en Turquie renait en tant que mouvement social autour de mobilisations contre les violences faites aux femmes à la fin des années 80, notamment avec la Marche contre les Coups (Dayağa Karşı Yürüyüşü) en 1987, en réaction à la justification par un juge de la violence subie par une femme de la part de son mari (2). Oeuvrant pour la politisation de ces violences, différentes tendances féministes se sont aussi mobilisées pour la reconnaissance du caractère inégalitaire et insuffisamment protecteur du droit. Elles considèrent ainsi que les réformes législatives qui ont été adoptées au début des années 2000 (3) sont des acquis juridiques du mouvement des femmes (4). Démonstration forte d’une volonté de lutter contre ces violences, l’adoption en 2011 de ladite Convention à Istanbul, permettait aussi à la Turquie de donner des gages à l’Europe, dans le cadre de l’ouverture de négociations d’adhésion à l’UE (2005), et suite à la condamnation par la Cour Européenne des Droits de l’Homme de la Turquie dans l’affaire Opuz c. Turquie en 2009.  « Istanbul sözleşmesi bizim » (la Convention d’Istanbul est à nous), « 6284 uygula » (Appliquez la loi 6284) – les slogans scandés dans les mobilisations féministes reflètent leur posture majoritaire actuelle : la défense des acquis juridiques, qu’elles estiment aujourd’hui menacés, et la lutte pour leur mise en pratique.  

Mettre l’État devant ses responsabilités

La Convention d’Istanbul rappelle avant tout aux États qu’il est de leur responsabilité de prévenir ces violences, de protéger les femmes victimes ou menacées, de poursuivre et punir les auteurs. Elle leur fournit une méthode globale pour s’attaquer à la fois aux manifestations de cette violence mais aussi à ses causes structurelles. Selon l’article 90 de la Constitution turque, les traités internationaux ratifiés par la Turquie ont force de loi, et prévalent sur les lois internes en cas de conflit de normes. La loi 6284 adoptée en 2012 sur la Protection de la Famille et la Lutte contre la Violence à l’Égard des Femmes, se fonde ainsi sur la Convention pour consacrer notamment le droit d’obtenir une mesure de protection, ou une mesure d’éloignement du conjoint violent, ainsi qu’une aide financière exceptionnelle. Depuis 2007, le Ministère du Travail, de la Famille et des Services Sociaux adopte par ailleurs tous les trois ans des Plans d’Actions Nationaux dans ce cadre.  

Pourtant, les associations et collectifs de femmes n’ont cesse de dénoncer une mise en pratique insatisfaisante, voire sur certains aspects inexistante (5), de ces mesures. Le nombre de féminicide augmente chaque année : en 2019, au moins 328 femmes ont été tuées par leur conjoint, ex-conjoint, ou par un proche (6), certaines alors qu’elles avaient signalé ces violences ou qu’elles bénéficiaient d’une mesure de protection. Du fait du stigma social, de la dépendance économique envers les conjoints, ou de la réticence à se présenter aux autorités, très peu de femmes portent plainte pour violences conjugales. Selon une étude menée en 2014 par l’Université Haceteppe en collaboration avec le Ministère des Affaires Sociales et Familiales, 11% des femmes victimes de violence interrogées avaient formulé une plainte auprès d’institutions publiques, et seul 7% d’entre elles s’étant adressées à la police directement (7). Pour les femmes qui se décident effectivement à porter plainte, le Groupe d’expert chargé de l’évaluation de l’application de la Convention d’Istanbul soulignait en 2018 que 80% des personnes interrogées s’étaient vue refuser l’enregistrement de leur plainte par la police (8). Les associations dénoncent par ailleurs un traitement judiciaire favorable aux accusés. En 2016, 25% des hommes condamnés pour le meurtre d’une femme ont bénéficié d’une réduction de peine pour bon comportement, expression de remords, circonstance atténuante de provocation (9), ou en raison de leur âge (10).

Source de légitimation internationale

Au regard de la Convention, la responsabilité de l’État se situe aussi en amont de la protection des femmes victimes et de la répression des violences, dans la prévention au travers notamment de la promotion de valeurs égalitaires et de la lutte contre les stéréotypes (art.14). C’est sur cet aspect que portent les critiques formulées par les autorités turques qui, pour des raisons diplomatiques comme de politique intérieure, accusent aujourd’hui la Convention de porter atteinte à la structure familiale et de promouvoir l’homosexualité, de par son article 4 appelant à appliquer la convention sans discrimination sur le fondement, entre autres, de l’identité de genre et de l’orientation sexuelle. Les mêmes autorités ayant signé la Convention d’Istanbul en 2011 considèrent aujourd’hui qu’elle impose une forme d’ingérence culturelle.

Face à ce repli sur des valeurs conservatrices, le mouvement des femmes en Turquie utilise au contraire la Convention d’Istanbul comme une source de légitimation extérieure, s’inscrivant ainsi dans un mouvement international de lutte contre les violences de genre, à un moment où la Pologne aussi menace de se retirer de la Convention. Cette mobilisation n’est pas sans rappeler la pétition lancée par des collectifs féministes en 1986 pour l’application de la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), l’un des actes fondateurs du mouvement féministe en Turquie. Depuis août 2020, elles mènent des campagnes de sensibilisation à la Convention dans les médias, sur les réseaux sociaux, ou par la distribution de brochures sur la voie publique, suivant un calendrier d’actions par quartiers. Selon une étude de l’institut KONDA publiée en août 2020, 84 % des personnes interrogées qui déclaraient connaître la Convention ne souhaitaient pas que la Turquie s’en retire (11). L’association KADEM, dont le Conseil d’Administration comprend notamment Sümeyye Erdoğan Bayraktar, la fille du Président, a aussi publiquement déclaré début août 2020 que la Convention d’Istanbul était un instrument essentiel de protection de « toutes les personnes victimes » de violences domestiques, conformément à l’aide aux plus vulnérables préconisée par l’Islam. Loin de signaler une alliance avec les féministes, cette déclaration montre dans quelles mesures la lutte contre les violences faites aux femmes a gagné en légitimité, sur tout le spectre politique, mais aussi comment le potentiel structurellement transformateur de la Convention d’Istanbul et de la lutte contre les violences de genre risque aussi d’être minimisé pour parvenir à une lecture consensuelle, dans un environnement politique si polarisé.

La discussion sur le retrait semble pour l’instant suspendue, mais tout comme les restrictions au droit à l’avortement, la remise en question des pensions alimentaires (nafaka), ou encore la possibilité d’une amnistie par le mariage pour les auteurs d’agressions sexuelles sur mineurs, la menace risque d’être régulièrement réitérée, en fonction de la conjoncture politique et économique intérieure, ou d’enjeux diplomatiques. Par ailleurs, l’application de la Convention reste très incomplète. Davantage que son volet répressif, c’est avant tout dans la reconnaissance du lien entre la violence et la construction des inégalités de genre que la Convention est porteuse de l’espoir de « sauver des vies ». Aujourd’hui, en Turquie, la Convention d’Istanbul fait d’abord vivre le mouvement des femmes – comme une source de mobilisation commune (12), dans un mouvement pourtant pluriel (13).

Eva Bernard

Retrouvez l’article sous forme de podcast ici: avec Timour Öztürk

Notes

(1) La Convention du Conseil de l’Europe sur la Prévention et la Lutte contre la Violence à l’Égard des Femmes et la Violence Domestique est adoptée à Istanbul en 2011 et entre en vigueur en Turquie le 1er août 2014. La Turquie en est le premier Etat signataire.

(2) Actions notables des années 80-90 : Pétition pour le respect de la Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) en 1986, campagne et marche « Contre les Coups » en 1987 (Dayağa Karşı), publication de l’enquête « Crie, que tout le monde entende » en 1988 (Bağır herkes duysun), campagne « Aiguille mauve » (Mor iğne) contre les agressions sexuelles en 1989, et ouverture du premier refuge pour les femmes victimes de violences en 1995 (Mor Çatı Kadın Sığınağı Vakfı).

(3) Réforme du Code civil en 2002 (reconnaissance de l’égalité dans le mariage, abolition de la notion de chef de famille), du Code Pénal en 2004 (criminalisation du viol conjugal, et reconnaissance des crimes sexuels comme des atteintes à la personne et non à la moralité publique), réformes constitutionnelles adoptées en 2004 puis en 2010 inscrivant l’égalité entre femmes et hommes et la discrimination positive comme principe constitutionnel, remplacement de la loi 4320 sur la Protection de la Famille (1998) par la loi 6284 sur la Protection de la Famille et la Prévention de la Violence à l’Égard des Femmes, suite à la signature de la Convention d’Istanbul en 2011. 

(4) A ce sujet, voir: Gözdasoglu Küçükalioglu E. (2018), « Framing Gender-Based Violence in Turkey », Les cahiers du CEDREF, n°22, pp. 128-157

(5) La Convention exige notamment qu’une ligne téléphonique d’urgence soit disponible 24h/24, 7jours/7 pour les femmes victimes de violence, ce qui n’est actuellement pas le cas en Turquie. Il existe néanmoins une application de signalement d’urgence pour smartphone (KADES).

(6) Alors que le Ministre de l’Intérieur a annoncé 299 féminicides en 2019, le site d’information en ligne Bianet.org en recense 328 (et 134 morts suspectes de femmes), et la plateforme Kadın Cinayetlerini Durduracagız (Nous mettrons fin aux féminicides) en compte 474. Malgré l’irrégularité et l’insuffisance de la publication de statistiques officielles, ces sites d’informations ou plateformes féministes en ligne effectuent une veille médiatique pour compter le nombre de féminicides. Les rapports d’ONG et du Groupe d’expert (Grevio) chargé de l’évaluation de l’application de la Convention d’Istanbul constituent aussi des sources d’information concernant les violences sexistes en Turquie.

(7) Rapport de l’université de Hacettepe et du ministère des Affaires Sociales et Familiales, « Türkiye Kadına Yönelik Aile Içi Şiddet Araştırması » (Enquête sur les violences envers les femmes et la violence conjugale en Turquie), 2014, p. 26.

(8) Rapport du Groupe d’Expert sur la lutte contre les violences à l’égard des femmes et la violence domestique, Conseil de l’Europe, 15.10.2018,  §32.

(9) Les juges retiennent ainsi l’argumentaire de la défense selon lequel l’accusé aurait été poussé à l’acte par une attitude de la victime contraire à celle prescrite par l’accusé.

(10) Salman F. (2017),  « İstatistiklerle 2015-2016 Erkek Şiddeti Davalarında Çıkan Kararlar » (Statistiques sur les jugements concernant la violence masculine en 2015-2016), Bianet.org, 12.07.2017, en ligne : https://bianet.org/1/20/187301-istatistiklerle-2015-2016-erkek-siddeti-davalarinda-cikan-kararlar 

 (11) KONDA (2020), Istanbul Sözlesmesi, septembre 2020, p.3 https://konda.com.tr/tr/rapor/istanbul-sozlesmesi/

(12) Eralp F. (2020), « Haklarımızdan vazgeçmiyoruz, Istanbul sözleşmesi uygula », Mor Bülten n°36, 28.10.2020, https://morbulten.kadinininsanhaklari.org/haklarimizdan-vazgecmiyoruz-istanbul-sozlesmesini-uygula/

(13) Sur les différentes tendances au sein du mouvement des femmes en Turquie, voir notamment: Cosar S., Gencoglu Onbasi F. (2008), “Women’s Movement in Turkey at a Crossroads: From Women’s Rights Advocacy to Feminism”, South European Society & Politics, Vol. 13, No. 3, pp. 325–344.

Catégories
Hashtag du moment

“Nous exigeons un enseignement en présentiel”

#Yuzyuzeegitimistiyoruz

Parmi tous les domaines affectés par la crise du Covid-19, l’éducation semble avoir payé le prix fort, notamment dans ses prétentions à la méritocratie et l’égalité des chances. En ce qui concerne l’enseignement supérieur, les États ont pris des décisions variées, hésitant entre l’exceptionnalité de la crise et l’impératif de la « continuité pédagogique ». Le choix du hashtag de ce jour nous donne un bref aperçu de la situation de l’enseignement supérieur turc en ces temps de crise, concernant plus de 6 millions d’étudiants[1]. Bien que certaines classes aient pu rouvrir progressivement jusqu’à la mi-novembre au moins, il n’a presque jamais été question de rouvrir les universités.

Les universités sont maintenant fermées depuis le 16 mars 2020, date à laquelle le ministère de l’Enseignement supérieur turc a proclamé une « pause » de trois semaines[2]. C’était d’abord une mesure de précaution pour permettre l’organisation du retour des étudiants dans leur ville d’origine, et se donner le temps de vérifier l’état des plateformes et mettre en place les conditions pour l’enseignement à distance. A partir du 23 mars 2020, tout a basculé en ligne pour la plupart des universités, c’est-à-dire celles qui en avaient les moyens. Aujourd’hui, cet enseignement n’a toujours pas repris en présentiel. 

Les étudiant.e.s, pour la plupart rentrés chez eux, aux quatre coins de la Turquie, ont dû s’adapter aux « nouvelles » pratiques pédagogiques mais aussi au retour à la vie dans le foyer familial. Les témoignages, oscillant entre difficultés et stratégies, nous montrent que la crise révèle des inégalités qui pouvaient être encore invisibilisées par le cadre illusoire de l’université publique: absence d’espace de travail, impossibilité d’utiliser le microphone, coupures d’électricité, difficultés d’ordre psychologique…Non seulement les inégalités socio-économiques ont éclaté au grand jour, mais à cela s’est ajoutée la criante fracture numérique, le tout étant intrinsèquement lié aux inégalités territoriales du pays. Même si les bourses ont été maintenues, les prix ont dans le même temps flambé, obligeant les étudiants à rester dans leur domicile familial et à rendre leur appartement étudiant dans une majorité des cas. On observe qu’une partie des étudiants s’est finalement aménagée un temps de travail, privilégiant une expérience professionnelle et perdant espoir dans la valeur du diplôme qui sera obtenu. 

Pour aller plus loin, cliquez ici.

[1] Selon les statistiques du YOK pour l’année 2018-2019, il y avait 4 millions d’étudiants inscrits en licence et 2 millions en DEUG (licence sur 2 ans). https://www.yok.gov.tr/

[2] Déclaration du président du YOK, Yekta Saraç, le 13 mars 2020.

Catégories
Hashtag du moment

Régulièrement, un.e de nos chercheur.e.s choisira un hashtag répandu dans la Twittosphère turque. Ce sera l’occasion de proposer brièvement une analyse du phénomène évoqué par le mot-dièse sélectionné par nos soins et d’en savoir plus sur les fils d’actualité de la Turquie !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search