Catégories
Séminaires Uncategorized

Séminaire AYAK #4 : “la notion de l’étrangéité dans la recherche”

La recherche est une expérience vécue différemment par chaque chercheur. Parmi ces expériences variées, revient souvent le sentiment d’imposture qui coïncide parfois avec le sentiment d’être étranger/étrangère : par rapport à son sujet, son terrain, ses enquêté.e.s. Même si le choix du sujet peut sembler résulter d’une affinité particulière qui peut donner l’illusion d’une familiarité, celle-ci sera vite remise en question à chaque étape du processus de recherche. Se pose alors la question des terrains hostiles vs les terrains plus hospitaliers, des qualités de terrain qui ne sont pas fixes, qui évoluent en fonction de différents paramètres.

En outre, la notion d’étrangeté (yabancılık, yabancı olmak) en Turquie implique un autre versant que nous rencontrons sur nos terrains: chaque terrain a son étranger, parfois c’est nous, parfois c’est un autre groupe d’enquêté.e.s.

Dans cette JE, organisée par Ayşe Yılmaz et Necati Mert Gümüş à l’université de Bahçeşehir, nous visons donc à questionner la notion et la posture de l’étranger ainsi que ses nuances dans le processus de la recherche: du côté du chercheur/de la chercheuse, du côté du terrain, du côté des enquêté.e.s. Les questions qu’on se pose sont les suivantes (mais elles ne sont pas exhaustives) : comment et de quelles manières la notion d’étranger est employée dans une recherche ? Comment un.e chercheur/chercheuse peut devenir étranger à son sujet ou à son terrain pendant sa recherche ? Est-ce que la posture de l’étranger est une contrainte à dépasser dans un monde académique universel ou un phénomène plutôt ordinaire pour un chercheur, voire se transformer en avantage ? Quelles sont les stratégies à adopter sur un terrain étranger (entrer, y rester, en sortir) ? Comment on conduit une recherche auprès des étrangers (aller-retour, langue,..)? Que veut dire “étranger” (selon qui, est-ce un statut intangible)?

Necati Mert Gümüş discute le sentiment d’etranger et d’étrangété dans sa rechecrhe de terrain qui est basée sur un travail conduit dans les institutions publiques locales à Istanbul et Ankara, en se concentrant sur  la posture du chercheur, son rapport au sujet et au terrain, les obstacles, décalages et malentendus qui peuvent en découler (voire les frustrations).

Dans un second temps, Öykü Aytaçoğlu developpe ses réflexions autour de la place de la chercheuse sur le terrain, le rapport à soi et aux autres et les liens entre les émotions et le travail de terrain dans sa presentation à partir de ses recherches sur une population étrangère et vulnérable. 

Ensuite, Théo Malçok discute les notions de l’etrange et de l’etranger à travers la figure de l’athée (ateist) dans les mouvements islamistes de Turquie au prisme des archives du Projet des Revues İslamistes (İslamcı Dergiler Projesi)

Puis, c’est au tour d’Elif Becan de mettre en discussion sa position et sa performance en tant que chercheuse, travaillant en France, une personne issue de l’immigration balkanique et une citoyenne en Turquie, à partir d’un exemple de sa recherche de terrain “inachevé”.

Dernièrement, Cem Algül, dans une époque marquée par de nombreuses préoccupations identitaires, évoque les difficultés posées par le statut de binational dans le cadre de recherches qui impliquent la France et la Turquie à travers les études littéraires.

Catégories
Séminaires

Séminaire AYAK #3 “Enquêter sur un terrain sensible et/ou difficile: secrets, tabous, silences, non-dits”

L’objectif de cette journée d’étude est de s’interroger sur les situations d’enquête sur un terrain difficile (en contexte autoritaire, notamment) et/ou sensible (par exemple, lorsqu’on travaille sur l’intime). Telles sont les difficultés auxquelles nous pouvons être confronté.e.s: les silences
qui traversent les entretiens, les sujets tabous qui suscitent un malaise chez l’interlocuteur.rice ou encore les secrets qu’on relève dans les institutions (dans un établissement scolaire par exemple) ou dans la sphère intime. En effet, la réflexivité en tant qu’impératif scientifique
implique bien la prise en compte des éléments qui vont bien au-delà des énoncés prononcés (Beaud, 1996). Les secrets, les silences, les tabous et les non-dits peuvent avoir un impact sur toutes les étapes de l’enquête, de l’interaction avec les enquêté.e.s au moment du recueil des données à la restitution finale, sans oublier les stratégies de publication. La temporalité de la publication (pendant ou après la thèse) devient en effet un enjeu crucial lorsqu’on travaille sur un sujet politiquement sensible dans un contexte autoritaire. Quel est l’impact d’un secret sur les interactions qu’on a sur le terrain et sur la suite de la démarche de l’enquête ? Comment inclure ces secrets dans l’analyse au regard des questions éthiques ? Comment rendre compte
des silences longs et des malaises exprimés par les enquêtes quand il est question de travailler sur un sujet tabou ou intime ? Telles sont les interrogations que cette journée souhaite soulever. Ainsi, elle a pour l’objectif d’inviter les membres d’AYAK à partager leurs expériences en toute bienveillance.

Catégories
Séminaires

Séminaire AYAK #2 “Du texte au terrain, du terrain au texte”

La journée d’étude AYAK intitulée « Du texte au terrain, du terrain au texte » avait pour objectif de questionner les différents processus initiés lors du passage du texte à la pratique du terrain et en retour des expériences de montée en généralité, analyse des données, enjeux d’éthiques rencontrés lors de l’écriture de divers supports. Cette journée a été l’occasion de croiser des expériences provenant d’horizons disciplinaires différents (anthropologie, études politiques, sociologie) sur des terrains (Amérique du nord, Kenya, Turquie, Palestine) et auprès de groupes sociaux variés. Des allers-retours entre le cadre théorique et le terrain nécessitent divers bricolages. L’usage d’outils historiographiques a permis de dépasser des difficultés d’accès au terrain dans des contextes instables et de dévoiler ce qui se joue derrière les discours (Solène Poyraz). Lorsque l’accès au terrain est rendu difficile à cause de la pandémie, la rencontre d’interlocuteur est parfois issue d’opportunités dépassant l’espace géographique initialement prévu (Gauthier Tinarrage). Les contraintes du Covid-19 sur le terrain imposent parfois de revenir sur le cadre théorique, quitte à le faire évoluer pour redéfinir l’échantillon des enquêtés, rebricoler des méthodes d’enquête plus pertinente pour « faire avec » (Ayse Yilmaz).

Après le travail de terrain, des questions d’éthique confronte les chercheur.se.s à requestionner le rapport aux enquêtés, qu’il s’agisse de l’anonymisation (Mariangela Gasparotto) ou de rapports post-coloniaux (Fiona Gedeon Achi). Les textes finaux sont le fruit de ces arrangements de terrain, de cadre théorique, de bricolages dus aux contextes locaux. Par ailleurs les échanges suivant les interventions ont montré la nécessité de réfléchir et d’écrire sur ces mécanismes d’un point de vue méthodologique : ils constituent également des objets d’études fertiles et stimulant dans la recherche.

Catégories
Séminaires

Séminaire AYAK #1 “Faire du terrain en Turquie”

Le premier séminaire AYAK intitulé “faire du terrain en Turquie” a été l’occasion de réunir douze doctorants d’horizons différents en sciences humaines et sociales (histoire, géographie, anthropologie, sciences politiques, sociologie et urbanisme) autour des difficultés liées au terrain, les questions de posture (étranger, chercheur.se), les bricolages sur place et la mise à distance. Force est de constater que le contexte a été un des points de rencontre de nombre de présentations. Celui-ci a tendance à orienter les témoignages sur place, c’est le cas de contextes politiques autoritaires (Aurélie Stern, Nouran Gad, Eva Bernard) où la parole est plus difficile à obtenir par méfiance où parce qu’elle est tue. Dans des contextes conservateurs (Ece Nirun, Nouran Gad), le contexte doit être défini, aussi pour mieux analyser les témoignages faisant référence à la religion. Lorsqu’il s’agit de l’incertitude (Youenn Gourain, Johanna Ollier), le contexte permet de mieux comprendre ce qui “fait risque” pour des habitants et comment celui-ci est pris en charge. D’une autre façon, le contexte “étranger” dans lequel s’inscrivent ces recherches nous a invités à nous interroger sur nos postures. Le fait d’être étranger.e permet parfois d’accéder à certains témoignages parce qu’il inspire de la confiance (Youenn Gourain, Aurélie Stern). Or, parfois, la promiscuité culturelle libère davantage la parole (Ece Nirun, Nouran Gad). Enfin des réflexions ont été menées sur la posture militante et l’engagement avec ses enquêté.e.s (Eva Bernard, Aurélie Stern). Elles amènent à une mise à distance avec le terrain pour accéder à un recul nécessaire pour l’analyse des données et l’écriture. En outre, ce séminaire a permis de débattre de certaines méthodes de contournement des difficultés du terrain. Elles s’expriment au travers de méthodologies concrètes comme des entretiens biographiques (Nouran Gad) ou des parcours commentés (Youenn Gourain).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search