Catégories
Capsules de terrain

Bostancı vu du tepe

Une observation d’un quartier d’Istanbul dans le cadre d’une recherche doctorale

Bostancı vu du quartier de Küçükyalı (Gourain, 2021)

Bostancı est un quartier ancien d’Istanbul datant de l’époque byzantine où il formait une des portes d’entrée de la ville dont on présume le nom de Poleaticon[1]. C’était un espace de transit pour les caravanes, en atteste le pont en pierre Bostancıbaşı semblant avoir été laissé à l’abandon à l’arrière de la gare du Marmaray. Sa fonction d’espace de transit via son port, sa route avec Bağdat caddesi ou son tunnel (le premier de Turquie) où passe la E80 a rapidement été rattrapée par l’étalement urbain des années 80. Désormais, le quartier est loin d’apparaître comme un espace périphérique de la mégalopole turque qui s’étend sans discontinuité jusqu’à Gebze 40 km plus loin. Bostancı constitue désormais la limite est de l’arrondissement de Kadıköy, la rivière (nehir) étant une des frontières naturelles avec le quartier de Küçükyalı à l’est.

Outre son histoire, Bostancı est aujourd’hui connu pour être une plateforme importante grâce à une proximité aux centres d’Istanbul (rive anatolienne et européenne) et aux îles via les vapurs[2], le Marmaray, les dolmuş (avec une ligne directe allant jusqu’à Taksim) et autres bus. Le quartier offre un cadre de vie attractif suite à une transformation urbaine rapide ces dernières années : le paysage urbain est composé principalement de tours orientées vers des logements de haut standing (on compte d’ailleurs 18 091 logements pour 2 171 bureaux d’affaire[3]). A cela s’ajoutent plusieurs aménités remarquables, les principales étant le sahil (bord de mer) réaménagé il y a peu ainsi que le Luna park au centre du quartier. Sa proximité à Bağdat caddesi, artère commerçante accueillant des boutiques de luxe aux architectures remarquables (notons par ailleurs la boutique Vitra qui a élu domicile dans un ancien yalı de Suadiye), contribue à attirer des familles de classe sociale élevée. On l’observe en déambulant dans le quartier: les cafés et restaurants “branchés”, les boutiques vendant des produits biologiques et naturels ainsi que magasins d’ameublements sont orientés vers une clientèle jeune, moderne et de classe moyenne. Par ailleurs, la majorité des individus habitant le quartier sont des jeunes actifs entre 25 et 44 ans (31,6%) et une proportion non négigleable de personnes retraitées (26,7%). Ces dernières, on les remarque en montant sur la colline (tepe) entre les immeubles plus anciens. Là où une “vie de quartier” semble être plus marquée parce que les interrelations entre les habitant.e.s sont plus fortes.

Plusieurs enjeux traversent l’est de Kadıköy[4]. Outre les projets immobiliers le long de l’autoroute E-5[5], l’ouverture de la nouvelle station de métro à Bostancı, terminus du métro M8[6] en provenance de Dudullu, a pour effet le réaménagement progressif du boulevard Türgüt Özal. Celui-ci a pour effet d’imposer une rupture entre la route piétonne créée par le sahil artificiel (jetée bétonnée) et l’urbanisation remontant les collines à l’arrière. En somme, les artères de transports constituent trois éléments structurants du quartier d’est en ouest: l’autoroute au nord, Bağdat Caddesi au centre et Türgüt Özal Bulvarı au sud. Elles marquent des discontinuités avec des espaces qui requéraient pourtant plus de porosité et de continuités piétonnes. En effet, le passage d’un espace à l’autre suggère de passer par des souterrains (sous la gare du Marmaray), de ponts ou de traverser des passages piétons peu praticables notamment le long du sahil.

Le second constat qui se pose lorsque l’on déambule dans Bostancı et les quartiers voisins (Suadiye et Küçükyalı) est le suivant : les transformations rapides du quartier donnent à voir des appropriations de l’espace progressives sur un gradient sud-nord. Ces appropriations, outre les opérations immobilières, sont aussi de l’ordre des interactions sociales et des usages de l’espace. Pourtant, dans des espaces urbains très neufs (la transformation urbaine ne date que d’une quinzaine d’années), on fait face à une uniformisation et une standardisation de l’espace bâti urbain. Il s’agirait de chercher à comprendre ce qu’il se joue socialement derrière ces opérations qui n’effacent pas pour autant l’histoire du quartier. Alors que le paysage rend compte d’une identité très neuve, certains artefacts urbains (pont, pierres et fontaines laissées à l’abandon) attestent de l’histoire de Bostancı. Il faut davantage monter au nord sur le tepe et aller à la rencontre des habitants et de certaines figures du quartier témoignant de sa mémoire. Saisir celle-ci ne va pas de soi, aussi parce que la mémoire d’un quartier est une dynamique « mouvante » et complexe : elle évolue selon les personnes qui le traversent et s’y installent. Les objets composant le paysage urbain, les pratiques sociales ou la transmission orale de souvenirs sont tout autant de registres dans lesquels s’exprime la mémoire. Une seconde difficulté méthodologique réside dans l’exhaustivité des informations portant sur la mémoire du quartier compte tenu de la diversité des acteurs sociaux et de leur trajectoire de vie ainsi que du rapport à l’espace qu’ils entretiennent.

Certaines personnes, parce qu’elles témoignent de leur inscription dans le quartier depuis plusieurs années (voire décennies), vont construire cette mémoire. C’est le cas des muhtars (maires de quartier), membre des dayanışma (comités de quartier) ou figures de quartier telles que des gérant.e.s de magasins ou de cafés. Chacun.e, par son statut (administratif, professionnel), le rôle qui lui a été assigné (représentation des habitant.e.s) ou l’image qui lui est donnée (figure emblématique du quartier) va consigner une partie de la mémoire du quartier. Dans le cadre d’un terrain de recherche, l’intérêt de se focaliser sur ces individus en particulier est que ceux-ci ont un rôle de porte-parole qui, nous en faisons l’hypothèse, va avoir une répercussion sur l’espace. Une des pistes méthodologiques pour comprendre ces processus est de suivre par la marche ces individus dans leurs espaces de vie. « Comment le quartier a-t-il évolué ? » est une question déclencheur pour capter l’accumulation de la mémoire dans un quartier s’exprimant via une variété d’objets, de relations, d’usages, d’artefacts que l’individu en question met en réseau en déambulant. Ces pistes méthodologiques pourraient permettre d’observer ces quartiers soumis à des transformations intenses à Istanbul par le bas. Si elles n’en restent pas moins complexes, ces dynamiques semblent pourtant inséparables de celles menées par celles des grands projets urbains.

Youenn Gourain


[1] http://www.gazetekadikoy.com.tr/genel/kadikoyun-kapisi-bostanci-h8067.html

[2] Une ligne de bateau relie Bostancı à l’île principale de Büyükada.

[3] La municipalité a effectué un diagnostic de ses quartiers dans le cadre d’un plan stratégique d’urbanisme 2020 – 2024 : https://anlat.kadikoy.bel.tr/mahalleler/bostanci

[4] A ce sujet, voir le dessin commenté d’Aurélie Stern sur le parc de Moda : https://ayak.hypotheses.org/85

[5] Il suffit de regarder le site immobilier Hürriyet Emlak pour observer l’offre immobilière à Bostancı d’environ 10000TL/m2 dépasse largement le prix au m2 moyen à Kadıköy (7312TL/m2 selon le site endeksa https://www.endeksa.com/en/blog/yazi/kadikoyde-konut-degeri-7318-tlm2ortalama-fiyat-987930-tl

[6] Pour plus d’informations : http://www.dudullubostancimetro.com

Catégories
Hashtag du moment

“Pain sec”

#Kuruekmek

« Kuru ekmek yiyen aç değildir », celui qui mange du pain sec n’a pas vraiment faim, a répondu le député AKP Şahin Tin lorsque le responsable du groupe parlementaire CHP Engin Altay expliquait que « les gens avaient faim » et qu’ils n’avaient que du pain sec à se mettre sous la dent, lors d’une session parlementaire en décembre 2020.

Ces échanges ont eu lieu lors des négociations pour le vote du budget 2021, un moment propice pour regagner en légitimité pour les partis qui se veulent représentants du « peuple » (halk). Alors que le parti au pouvoir, l’AKP, se revendiquait comme représentant du peuple d’Anatolie, on note un retour de la gauche, notamment travailliste, avec un discours axé sur cette partie de la population qui suffoque économiquement. L’altercation a permis de pointer les processus d’appauvrissement et de précarisation en Turquie, exacerbés par la crise économique et la période de pandémie mondiale. L’occasion pour les syndicats de rappeler que le pays compte environ 16 millions de pauvres et que 18 millions de personnes vivent avec le risque de tomber dans la pauvreté.

Peu après cette polémique, des journalistes ont rendu public le fait que le député en question faisait facturer ses repas à la mairie. Une facture de consommation de kebab a ainsi été diffusée dans les réseaux sociaux. Mais la divulgation de cette information a fait l’objet d’une amende et le document a finalement été retiré des réseaux par les autorités. Ces événements sont pour nous l’occasion de revenir sur l’état d’étouffement économique de la société en Turquie, et l’augmentation du contingent des personnes « qui ne peuvent plus subsister » (geçinemeyenler), notamment à Istanbul. 

  • Des « gaffes » qui exaspèrent…

« Les amis, ne sursautez pas quand on vous dit que les gens ont faim, c’est le cas, ils ont faim, ils vivent dans la misère. Certes, chacun trouve quelque chose à se mettre sous la dent. Du pain sec ! » s’est exclamé le député CHP Engin Altay, ce à quoi le député AKP a répondu : « donc ils n’ont pas vraiment faim ».

Cet épisode intervient après une autre déclaration quelque peu déplacée de la ministre de la famille, du travail et des services sociaux, Zehra Zümrüt Selçuk, qui a expliqué sur un plateau télévision que l’ère de la pauvreté était révolue en Turquie. « La pauvreté, notamment la grande pauvreté, telle qu’elle est décrite dans les documents internationaux, n’est plus un problème en Turquie. Plus encore, nous sommes en train de partager la prospérité et nous sommes attachés à une aide sociale qui cible nos citoyens en situation d’urgence dans cette période[1] », a-t-elle déclaré.

Tout autant de « gaffes », c’est d’ailleurs le terme utilisé en turc (gaf) – presque dans un sens de lapsus révélateur – qui excèdent une population déjà lassée des difficultés de son quotidien et qui se heurtent à ces effets d’annonce politiques.

Une autre gaffe en rapport aux évolutions du cours du dollar avait choqué l’opinion publique cet été. Un cours du dollar qui pèse sur le pouvoir d’achat des individus et des familles depuis quelques années maintenant. Cette fois, c’est le ministre du Trésor et des Finances – et gendre du président – Berat Albayrak, qui était interrogé lors d’une émission de télévision. A une question sur l’état de l’économie turque, il avait rétorqué : « vous recevez votre salaire en dollars, vous ? Vous avez des dettes en dollars ? Vous avez quoi que ce soit en lien avec le dollar ? »[2]. Une réaction absurde de la part du ministre qui semble ignorer les effets concrets que les variations du taux de change peuvent avoir sur le quotidien des individus. Cela lui avait valu une pluie de critiques lui reprochant d’être totalement déconnecté (kopuk) de la réalité. Finalement, il a démissionné pour des raisons de santé quelques mois plus tard, en novembre 2020.

Plus précisément, cela nous amène à nous interroger sur le langage politique utilisé et les problèmes de communication de certaines personnalités politiques. L’article du journal d’opposition et pro-kémaliste Sözcü, qui profite de cet épisode malheureux pour rappeler d’autres gaffes d’hommes politiques, rappelle à cette occasion le discours du ministre du travail et de la sécurité sociale Ömer Dinçer en 2010. A Zonguldak, après une explosion qui avait causé la mort de 30 mineurs, il avait dit qu’ils n’avaient pas souffert, qu’ils avaient eu une « belle mort » (güzel öldüler)[3].

Mépris de classe ? Mauvaise préparation à la communication politique ?[4] Dans tous les cas, ces répliques agacent et blessent une société qui est à bout économiquement parlant.

  • …une société au “bord de la faim” (“Açlık sınırı”)

L’occasion pour nous de rappeler quelques chiffres. En Turquie, le taux de chômage est de 12,7% (septembre 2020). Entre septembre 2019 et septembre 2020, le taux de chômage a baissé de 1,1 point et l’Institution des Statistiques de Turquie comptait 4, 16 millions de chômeurs en septembre 2020[5]. Une baisse des statistiques qui ne reflète pas la situation des foyers précarisés ou qui ont basculé dans la pauvreté, étouffés par les crédits, l’inflation de tous les biens de première nécessité (eau, électricité, gaz) et vivant d’activités effectuées au jour le jour, sans possibilité de faire de projets pour le lendemain.

Les citadins sont les premières victimes de la situation économique, parfois même obligés de quitter la ville pour aller (ou retourner) s’installer en campagne. C’est notamment le cas pour la ville d’Istanbul qui fait état d’une « vulnérabilité multi-dimensionnelle »[6]. On observe d’ailleurs un exode urbain relatif depuis 2018 du fait d’une dégradation importante de la qualité de vie (pollution, grignotement des espaces verts, exploitation irrationnelle des ressources) et une insécurité alimentaire croissante. C’est d’ailleurs le sujet d’un épisode de « Geçinemeyenler » (ceux qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts), une série de reportages réalisée par BBC News Türkçe qui met en avant différents profils de personnes et familles qui n’arrivent plus à finir le mois. « J’ai été obligé de renvoyer ma famille au village », explique l’enquêté de l’épisode 5[7].  

Quand ce n’est pas l’exode inversé, c’est la tentation du suicide. On a ainsi observé une vague de suicides que l’on pourrait qualifier d’ « économiques » depuis deux ans en Turquie, des pères de famille qui n’arrivent plus à assumer la charge d’un crédit ou à « acheter un pantalon » à leurs enfants. Avant la pandémie, les chiffres avaient déjà augmenté de 245 en 2018 à 321 en 2019[8]. En février 2020, un homme s’était rendu devant la préfecture de Hatay (ville du sud-est de la Turquie). Il s’est immolé après avoir crié « mes enfants ont faim, je veux un travail, vous ne comprenez pas ?! ».

Il faut dire que le système instauré de crédits sans fin n’aide pas. La presse qualifiée de gauche (Evrensel, Birgün,…) pointe du doigt les longues files d’attente devant les bâtiments de service d’impôts ces derniers mois[9]. Cette année, le nombre de personnes endetté envers leur banque a augmenté de plus de 2 millions, faisant un total de 33,6 millions de personnes en situation d’endettement.  En octobre, on comptait 3 millions de personnes qui ont eu affaire à l’huissier pour cause de non-remboursement dans les 5 dernières années (cartes de crédit et crédits à la consommation).

Le rapport réalisé par la confédération des syndicats des travailleurs de Turquie, Türk-İş, publié en décembre 2020, démontre que le seuil de la faim est fixé à 2 592 TL et le seuil de pauvreté à 8 436[10]. Ainsi, pour une famille de 4 personnes, il a été calculé que 8 436 TL étaient nécessaires pour pouvoir subvenir aux besoins autres qu’alimentaires. Le rapport fait état d’une augmentation des prix de 16% sur l’année en moyenne. Cela alors que le salaire minimum pour 2021 a été fixé à 2 825, 90 TL.  

Des discours donc qui peuvent irriter une grande partie de la population qui a vu son niveau de vie se dégrader, ou qui a même plongé dans la précarité voire la pauvreté. Une situation qui expliquerait l’engouement que le discours du député TIP (Parti des Travailleurs de Turquie) de Hatay, Barış Atay, en décembre 2020, a pu provoquer sur les réseaux sociaux.

Nous avons traduit une partie de son discours ici[11] :

« En cette période de discussions sur le budget, on voit bien qu’il ne s’agit pas du budget du peuple qui doit se contenter de 39 Tl[12] par jour mais qu’on parle bien ici du budget du capital. Ce budget, durant la période de la pandémie, ce n’est pas celui du personnel de santé qui a perdu des proches et des collègues tous les jours en ne mangeant qu’un bout de pain avec du fromage, c’est le budget du ministre de la Santé, le patron de l’hôpital, qui nous a menti avec ses tableaux. Ce budget ce n’est pas celui des gens qui ont dû attendre dans une file de 2 km pour avoir du pain et de la soupe alors qu’on est en 2020, c’est celui des ministres qui disent que si les gens ont du pain sec c’est qu’ils n’ont pas vraiment faim. Ce budget n’est pas celui des jeunes pauvres qui en cherchant des possibilités d’étudier tombent dans les mains des sectes et des confréries, où ils sont victimes d’agression et meurent dans des incendies, c’est le budget des sectes, des confréries et du ministre de l’Éducation qui possède des écoles privées. Ce budget n’est pas celui des étudiants de l’université, c’est celui des académiciens qui accusent les universités d’être des lieux de prostitution. (…) Ce budget n’est pas celui d’un enfant de 9 ans obligé de vendre sur un petit stand et qui se fait tabasser par les policiers, c’est celui d’un maire qui a décidé de faire un parc de dinosaures à 750 millions de dollars pour se rappeler son enfance. (…) Ce budget n’est pas celui du père de famille qui a tenté de se suicider en se jetant du pont parce qu’il était obligé de vivre dans sa voiture et qui a reçu une amende pendant le confinement, c’est le budget des patrons de holding qui ont pu faire du sport dans leur maison au bord du Bosphore (…)».

Et de finir, « Je ne fais pas appel à votre conscience, je sais que vous n’en avez pas ».

Solène Poyraz

Retrouvez l’article sous forme de podcast, ici: avec Timour Öztürk


[1] Haber Merkezi, « ‘Türkiye’de yoksulluk yok’ açıklamasına yanıt : Mutlaka kaybedeceksiniz ! », Sol, 12 décembre 2020. https://sol.org.tr/haber/turkiyede-yoksulluk-yok-aciklamasina-yanit-mutlaka-kaybedeceksiniz-21400

[2]  “Dolarla mı maaş alıyorsunuz? Dolar borcunuz mu var? Dolarla bir işiniz var mı?”, dans « Kuru ekmek tartışmasının hatırlattığı 6 olay », Sözcü, 18 décembre 2020.

[3] Ibid.

[4] Les discours des hommes politiques, leurs gaffes verbales, et plus généralement l’emploi d’un mauvais turc font d’ailleurs l’objet d’un livre qui a déchaîné les critiques et qui a été édité une cinquantaine de fois depuis 1997 : Türkçe « off », de Feyza Hepçilingirler.

[5] https://www.aa.com.tr/tr/info/infografik/21235

[6] Jean-François Pérouse, Agathe Fautras, Filiz Hervet, « Le nouvel Istanbul : dimensions, dynamiques et vulnérabilités », Historiens & Géographes, N°450 Dossier Turquie, Mai 2020.

[7] https://www.youtube.com/watch?v=jU36LdLNoIQ

[8] Gamze Bal, Kübra Köklü, « Geçim sikintisi, 2012’den beri her yil 3 bini askin yurttasi intihara sürüklüyor » (« Depuis 2012, les problèmes de subsistance mènent chaque année 3000 citoyens au suicide »), Cumhuriyet, 23 octobre 2020. https://www.cumhuriyet.com.tr/haber/gecim-sikintisi-2012den-beri-her-yil-3-bini-askin-yurttasi-intihara-surukluyor-1775409

[9] Meltem Akyol, « Borç kuyruklarindaki yurttaslar : Haciz gelsin, zaten alabileceği bir şeyim yok » (« Les citoyens dans les queues des dettes : que le huissier vienne, de toute façon il n’y a plus rien à prendre »), Evrensel, 12 décembre 2020. https://www.evrensel.net/haber/420933/borc-kuyruklarindaki-yurttaslar-haciz-gelsin-zaten-alabilecegi-bir-seyim-yok

[10] http://www.turkis.org.tr/default.asp

[11] https://www.youtube.com/watch?v=HFoO5y5chsw

[12] En avril 2020, il a été annoncé que les licenciements étaient interdits mais que les employeurs pouvaient imposer à leurs employés un congé sans solde de longue durée. Durant ce congé, il a été décidé qu’il leur serait versé 39 TL par jour, pour un total de 1177 par mois. Une annonce qui a choqué et provoqué de vives réactions. https://t24.com.tr/yazarlar/mehmet-tezkan/39-lira-bu-iktidari-bitirecek,26237

Catégories
Lectures Uncategorized

Le malaise turc

de Cengiz Aktar

« Politologue, docteur en épistémologie économique , Cengiz Aktar enseigne l’histoire des idées politiques dans le XIXe siècle ottoman, les politiques de l’Union européenne, et travaille sur les politiques de mémoire. Il est professeur invité à l’Université d’Athènes. Il a travaillé notamment pour les Nations Unies et avec l’Union européenne, sur les politiques de migrations et d’asile. Il a fait campagne en Turquie pour la prise de conscience sur le génocide des Arméniens. Il contribue aux quotidiens Financial Times, Le Monde, Libération. Il est le conseiller de la Fondation Hrant Dink et a participé à la création de la Revue du MAUSS. »


Comment appréhender une Turquie écartelée « entre État, nation, religion, mythe impérial et Occident » ? Comment comprendre la réaction de cet « Occident » qui « gère ce malaise, entre incompréhension, détachement, apaisement, complicité et endiguement » ?

Ce sont les questions que pose – et auxquelles se propose de répondre – l’intellectuel Cengiz Aktar dans Le malaise turc, un essai d’une centaine de pages, dont l’auteur résume à la fin de son avant-propos le principe: « Dans cet essai sur le malaise turc je propose une lecture basée sur l’interaction ancestrale entre le monde ottomano-turc et le monde occidental, à travers quelques épisodes significatifs » (p.18).

Deux entretiens, avec l’historien Étienne Copeaux et la sociologue Nilüfer Göle, viennent conclure l’ouvrage. 

Une volonté de revenir aux racines des relations entre la Turquie et l’Europe occidentale

Cengiz Aktar remonte jusqu’au XVe siècle pour chercher les fondamentaux, l’invariable, dans les échanges entre l’Europe de l’ouest et l’Empire ottoman, puis la Turquie contemporaine. Cette partie « historique » de l’essai repose essentiellement sur une vision de blocs bien distincts, pris comme des ensembles cohérents, qui se confondent avec les États et les dynastie régnantes qui dominent ces espaces : l’Occident et l’Orient.

  • Altérité

Pour l’auteur, l’Empire ottoman est « l’Autre », le « modèle alternatif » de l’Europe occidentale, et vice-versa. Les deux entités entretiennent une « fascination mutuelle » durant des siècles. Dans ce rôle d’alternative orientale à l’Europe occidentale, Cengiz Aktar voit dans le monde ottoman un héritier de Byzance, qui réactive la partition romaine de l’espace méditerranéen par une démarcation Est – Ouest. Des rapports entre Orient et Occident qui ne sont pas à l’équilibre.

  • Un monde ottoman ancré dans l’Europe, cosmopolite, en mouvement vers l’Ouest

Selon lui, d’un côté une dynamique anime l’Empire ottoman : il penche en quelque sorte vers l’Ouest. Dans son exercice d’interprétation historique, Cengiz Aktar va insister sur l’importance des Balkans dans la constitution du fief ottoman. Il voit ensuite en Mehmet II « un érudit, polyglotte […] un conquérant médusé par sa conquête » (p.22), qui s’imprègnerait de culture grecque. Dans la même veine, il s’agit aussi de mettre en avant un rôle de « parrain » de l’Empire ottoman envers le christianisme orthodoxe face au catholicisme latin. Cette vision – qui tranche avec l’image d’un Empire ottoman avant tout musulman où les dhimmi sont tolérés mais dominés – est celle d’une société ottomane comme un ensemble cosmopolite relativement cohérent, entre l’implantation balkanique de l’Empire, son héritage anatolien, et ses possessions dans l’espace arabe.

Le résultat, syncrétique, a selon l’auteur : « la particularité de vouloir épouser tous les savoirs, quelles que soient leurs origines religieuses ou ethniques, et surtout de les adopter sans complexes. Adopter l’Autre à travers les conversions, les assimilations volontaires et s’adapter à l’Autre, l’Arabe, le Grec, le Juif, le Persan » (p.26), à l’inverse d’une Europe de l’Ouest jugée intolérante.

  • Le rejet occidental d’un « corps étranger »

Car Cengiz Aktar estime que l’Occident ne garde du monde ottoman que l’image d’un ennemi religieux, menance constante d’une conquête musulmane d’une Europe chrétienne. L’auteur cherche les origines de cette pensée qui conduit à faire de l’Empire ottoman puis de la Turquie « un corps étranger à l’Europe », nécessairement à combattre, dans l’inconscient collectif occidental.

Cengiz Aktar associe ce rejet à celui des mondes arabes, musulmans et juifs par l’Occident médiéval. Il fixe les débuts de cette tendance aux écrits de Thomas d’Aquin comme de Pétrarque, contre Averroès (antérieurs donc à la prise de Constantinople). Il s’agit dans l’analyse de l’auteur d’une « rupture historique, décisive ; elle détermine vraisemblablement l’approche idéelle de l’Occident vis-à-vis de l’Orient encore aujourd’hui » (p.28).

La nation turque déterminée par son artificialité 

Les concepts d’altérité, de fascination mutuelle, de « marche vers le couchant » ottomane et de rejet occidental, sont pour Cengiz Aktar des standards qui vont continuer d’influencer les rapports actuels entre l’Union européenne et la Turquie. En revanche, un facteur s’est perdu au fil des siècles : ce cosmopolitisme oriental mis en avant par l’auteur, disparu au terme de l’occidentalisation de l’Empire au XIXème siècle. La défaite technique et organisationnelle, civile et militaire, du modèle ottoman face à « l’Autre » occidental, mène à l’effondrement de sa société, l’Empire y « perdant son âme ».

  • La « nationisation »

Cengiz Aktar observe que, du début du règne du sultan Selim III en 1789 à la proclamation de la République en 1923, le phénomène de constitution d’une nation turque mène à l’exclusion des différences et des particularités auparavant constitutives du monde ottoman, pour viser une homogénéité ethnique, religieuse et linguistique. Procédé qui retranche, élimine, et blesse.

L’auteur souligne que l’importation de l’idée « occidentale » de nation dans un monde ottoman divers et hétérogène, est en inadéquation avec sa société : « La Turquie débute le XXe siècle avec une « nationisation » au forceps […] dont le ciment devient l’islam faute de dénominateur communs, langue comprise. Le génocide des Arméniens, des Syriaques, des Grecs du Pont-Euxin en découlent. Tout comme le déni d’identités ethniques autres que la turque, l’identité kurde, par exemple. » (p.16)

Cengiz Aktar juge que le processus de « nationisation » est, à l’avènement de la République turque, un échec. Il considère qu’il y a toujours de nombreuses disparités ethniques. Pour une part héritage historique du peuplement du territoire anatolien, et d’autre part des vagues d’immigrations balkaniques et caucasiennes au XIXe. Tandis que la conscience nationale forgée à la toute fin de l’Empire sous les Jeunes-Turcs puis par l’élite fondatrice de la République est encore balbutiante et sans véritable  adhésion populaire. « In fine est supposé être Turc celui qui se dit Turc »(p.39), ironise l’auteur.

  • Le « ciment » islamique

Divisée ethniquement, la nouvelle nation turque est en revanche très majoritairement musulmane sunnite à la proclamation de la République. Pour Cengiz Aktar, l’élite fondatrice de la République, à l’instar de Mustafa Kemal, est peut-être pour partie réellement convaincue par la laïcité, il ne reste pas moins qu’elle ne peut couper la branche sur laquelle elle est assise. Dès lors, l’auteur estime que la jeune République fait un choix implicite entre ses convictions laïques, et une nécessaire composition avec la réalité de l’enracinement religieux en Turquie.

Cette majorité sunnite est l’aboutissement d’un « nettoyage ethno-religieux, qui dure trois décennies, de 1894 à 1924 » (p.40), explique Cengiz Aktar, ciblantArméniens, Grecs orthodoxes, Syriaques et Juifs. Pour l’auteur, ces crimes dessinent finalement le « pays religieusement le plus homogène de la région » (p.40).

Cette homogénéité confessionnelle n’exclut pas la négation des disparités ethniques  précise l’auteur : « on continue obstinément à faire abstraction des musulmans non-turcs, c’est à dire des Kurdes entre autres. »(p.40) Pour trouver son identité, la nation turque a donc supprimé des pans entiers de la société ottomane dont elle est héritière. Voilà pour Cengiz Aktar l’une des cicatrices qui signalent l’artificialité de la nation turque, créée « par le haut » par une élite nationaliste ; ce qui permet à l’auteur de pointer la fragilité de l’édifice tout entier.

  • Le génocide des Arméniens

Voilà « l’acte fondateur » de la République pour Cengiz Aktar. Une « malédiction » symbolique, morale, et politique. Son exécution, puis sa négation « pervertit la conscience publique, empoisonne les sens de justice, et empêche la mise en place d’un contrat social digne de ce nom. »(p.45) Cengiz Aktar établit un lien entre le négationnisme et les injustices contemporaines que compte la société turque. Cette idée, c’est que la Turquie s’est bâtie sur une culture de l’impunité et que dès lors, les citoyens turcs sont habitués à l’injustice, à la fois complice et victime du même phénomène.

Pour l’auteur, le génocide des Arméniens condamne la nation turque. Cengiz Aktar convoque ici la plume de Yaşar Kemal : « Aucun autre oiseau ne peut s’abriter dans un nid que le propriétaire a dû fuir, celui qui a détruit un foyer ne peut avoir de foyer, dans la terre de la cruauté, s’épanouit seule la cruauté. »(p.44)

Une dynamique de « désoccidentalisation »

Après la fin de l’Empire, et la naissance de la République, l’auteur choisit de faire une ellipse. Le XXe siècle est quasiment ignoré après les premiers temps de la République. Cengiz Aktar reprend le fil de sa pensée dans les années 2000, pour nous décrire un renversement de situation. Tout près d’une intégration à l’Union Européenne, la Turquie connaît une « désoccidentalisation ».

  • Le « rendez-vous historique manqué » de l’Europe

Cengiz Aktar expose l’enjeu de l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne en fonction de son analyse des rapports entre les deux entités. Il s’agit côté turc de l’achèvement du processus d’occidentalisation débuté à la fin du XVIIIe siècle. Pour l’Union, le défi est de s’ouvrir à son altérité, de dépasser sa matrice originelle.

Conscient de l’improbabilité d’une quelconque avancée dans le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, l’auteur admet qu’en quelques années ce qui pouvait paraître envisageable ne l’est désormais plus. L’idée d’une intégration turque de l’Union est repoussée indéfiniment par Cengiz Aktar.

Une responsabilité qui incombe en grande partie à l’Union : « Si l’Europe avait pu vaincre ses réserves ancestrales […] la Turquie ne serait sans doute pas là où elle se trouve aujourd’hui, sous le joug d’un islam politique débridé.»(p.48)

  • Le rôle de l’islam politique

Comme un malentendu historique teinté d’ironie, la constitution d’une nation turque, ne pouvait selon Cengiz Aktar pas passer par la copie du modèle laïc occidental. Au contraire, la nation turque ne pouvait se trouver une identité que dans l’héritage de l’islam sunnite et « paradoxalement, c’est l’islam politique qui parachève la concrétisation de l’idée nationale importée d’Occident. »(p.18)

L’auteur – qui a déterminé que « l’islam sunnite » a été l’ingrédient principal de la fabrication d’un nationalisme turc à la chute du modèle « cosmopolite ottoman » – juge que l’attachement à la laïcité des fondateurs de la République turque était une contradiction qui débouche logiquement sur le retour en force de la question religieuse dans la politique turque. 

Selon Cengiz Aktar, Recep Tayyip Erdoğan conduit une politique qui s’inscrit  finalement pour partie dans la continuité du nationalisme turc avec l’exclusion des  « non-musulmans » et des « non-Turcs ». Tandis qu’il rompt avec le mouvement ancien vers l’occident, l’Union européenne et la forme de laïcité de l’État turc hérité de la fondation de la République.

  • La « descente aux enfers »

« Nul n’est capable de prédire ce qui va se passer d’ici le centenaire »(p.72) de la République en 2023 prévient humblement Cengiz Aktar au moment de conclure. Mais les perspectives qu’il trace sont certainement sombre pour la société turque, piégée dans ses contradictions: « La faillite de l’occidentalisation y est démultiplié par celle de la désoccidentalisation ».(p.72) Concernantl’avenir de l’islam politique au pouvoir et de Recep Tayyip Erdoğan l’auteur estime « qu’il devient de plus en plus aléatoire que la fin de ce régime puisse se dérouler pacifiquement à travers un changement démocratique passant par les urnes »(p.73).

Il dénonce un embrigadement dans la politique d’influence actuelle du pouvoir : « La société tout comme l’économie turque se militarise à une vitesse inouïe […] Bien que de taille moyenne et ayant des moyens techniques et financiers limités, la Turquie prétend désormais à un statut de puissance régionale, voire mondiale »(p.63). Projet appuyé par un discours de l’État mêlant religion et mythe impérial comme lors de la reconversion en mosquée de Sainte-Sophie : « hystérie revancharde et anachronique, martelant la pire panoplie du djihadisme contemporain : conquête, récit coranique, subjugation, cimeterre. »(p.72)

Face à cette Turquie qui montre ouvertement qu’elle ne veut plus ni s’inspirer de l’Europe occidentale ni se rapprocher d’elle : « En Occident, on va essayer de gérer […] entre incompréhension et détachement aveugle, entre apaisement et complicité, entre endiguement et appréhension de voir ce grand pays se décomposer à son tour » (p.73).

Conclusion

Parmi la variété des thèmes abordés dans son essai, Cengiz Aktar décrit avec talent comment « le nettoyage ethno-religieux est un des stigmates dissimulés de l’âme turque » (p.45). Convaincant, l’auteur montre qu’il faut revenir sans cesse à la création de la nation turque pour se rappeler dans l’analyse de la société turque que « le public turc dans sa grande majorité porte les cicatrices de génocides, de pogroms et de spoliations centenaires, ciblant les non-musulmans, les non-sunnites, et les non-turcs. Sa mémoire a été soigneusement effacée par le récit officiel et sa libre parole s’est retrouvée bâillonnée par l’omerta. Cette nation construite sur toutes ces ruines humaines a forcément des fondations très fragiles » (p.67).

Critique des masses, Cengiz Aktar regrette la « soumission à l’homme fort, au raïs mégalomane Erdoğan, meneur de foules subjuguées, souvent féminines, capable d’applaudir tout et n’importe quoi » (p.62), et va jusqu’à appliquer à ces foules la poésie de Nazim Hikmet :

«  Comme le scorpion, mon frère,

tu es comme le scorpion

Dans une nuit d’épouvante.

(…)

Et s’il y a tant de misère sur terre

C’est grâce à toi, mon frère,

Si nous sommes affamés, épuisés,

Si nous sommes écorchés jusqu’au sang,

Pressés comme la grappe pour donner notre vin,

Irai-je jusqu’à dire que c’est de ta faute, non,

Mais tu y es pour beaucoup, mon frère. »

Il y a peut-être là chez l’auteur une contradiction à décrire dans quelles conditions la nation turque est née, à rappeler les souffrances qui hantent la mémoire collective de cette société, l’absence de liberté d’expression et de justice, pour pointer ensuite si durement la responsabilité de la population qui soutiendrait aveuglément le nationalisme ou se laisserait manipuler par la politique actuelle du pouvoir.

Timour Öztürk

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search